De l'eau glacée découverte sur Mercure

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Mercure, la planète la plus proche du soleil, pourrait sembler être le dernier endroit où trouver de la glace. Pourtant l'eau glacée y est abondante, selon les dernières observations de la sonde américaine Messenger. Cette découverte a été publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Il n'y a
pas que Mars et son robot mobile Curiosity. La NASA scrute aussi de très près d'autres
planètes du système solaire, notamment Mercure. Toute proche du soleil et fortement
chauffée, sa température moyenne est de 169 degrés. Son eau
s'est progressivement élevée sous forme de vapeur.

Les pôles ne voient jamais le soleil

Mais l'inclinaison de seulement un
degré de son axe de rotation fait que les zones aux pôles sont constamment à l'ombre. Les températures y sont d'environ -200 degrés. C'est dans ces régions que
de l'eau sous forme de glace a été repérée par la sonde américaine Messenger, premier
engin sur l'orbite de Mercure et ce depuis 2011 après un périple de plus de six
ans. Les résultats des mesures ont été dévoilés par la NASA et publiés jeudi dans la revue américaine Science.

"La glace se trouve dans les régions
polaires, qui atteindrait plus de trois kilomètres d'épaisseur, étendue sur une superficie de la taille de Washington DC soit 117 km²" (David Lawrence, un des scientifiques de la mission Messenger)

Selon les dernières données, l'eau a probablement été formée d'un mélange organique complexe apporté sur Mercure par des impacts de comètes et d'astéroïdes.

L'hypothèse
de la présence d'eau gelée sur Mercure avait déjà été avancée il y a plusieurs
décennies. Un grand nombre des plaques correspondaient à l'emplacement
de vastes cratères d'impact cartographiés par la sonde américaine Mariner 10
dans les années 1970. Mais les images prises par Messenger et les instruments à
bord de la sonde ont permis d'établir qu'il s'agissait bien d'eau et de mesurer
précisément les volumes.

Le travail de la sonde de la NASA Messenger expliqué en vidéo par un chercheur du CNES :

Vous êtes à nouveau en ligne