Centième lancement de la fusée Ariane 5 : "C'est un énorme évènement"

Le décollage d\'Ariane 5 le 25 juillet 2018 sur la base de Kourou, en Guyane.
Le décollage d'Ariane 5 le 25 juillet 2018 sur la base de Kourou, en Guyane. (- / AFP)

Il s'agit du lanceur "le plus performant au monde", commente mardi sur franceinfo Fréderic Castel, journaliste spécialisé en astronautique.

C’est un lancement historique qui a lieu mardi 25 septembre depuis la base de Kourou en Guyane. Il s'agit du centième pour la fusée Ariane 5. Le décollage est prévu à 23h53, heure de Paris, pour le lanceur "le plus performant au monde", estime sur franceinfo Fréderic Castel, journaliste spécialisé en astronautique.

franceinfo : C’est un évènement ce centième lancement ?

Frédéric Castel : Oui c’est un énorme évènement parce que cela montre d’abord une continuité de la politique spatiale française et européenne lancée par de Gaulle dans les années 60. L’Europe assure ainsi son autonomie stratégique avec ce type de lanceur, Ariane 5, qui va donc avoir au total cent lancements à son actif avec plusieurs centaines de satellites. Mais Ariane entre maintenant dans une époque de métamorphose avec la concurrence accrue des lanceurs privés américains.

Aujourd’hui Ariane 5 est synonyme de fiabilité, et pourtant l’histoire avait mal commencé lors du premier tir en 1996...

Absolument. J'étais sur place et pour ce premier tir, effectué avec beaucoup de moyens, cela s’est terminé par une explosion devant tout le public présent à Kourou et devant la presse. Mais les équipes d’Ariane, qui avaient déjà fait Ariane 4, se sont remises au travail et sont arrivées à corriger le lanceur pour le remettre sur les rails. Il y a eu d’autres échecs partiels mais Ariane 5 reste le lanceur le plus performant au monde sur le marché commercial actuellement. Un décollage, c’est toujours un moment de stress parce qu’il y a tellement de choses qui peuvent ne pas fonctionner. Tout le monde le sait. Et d’ailleurs, que ce soit en Russie, aux États-Unis, ou en Europe, tout le monde est un peu superstitieux parce qu’il suffit d’une série de bugs pour tout perdre. Un lancement doit fonctionner à la seconde près, si ce n’est pas au millionième de seconde près.

Vous parliez de la concurrence, elle est donc de plus en plus sévère ?

Absolument. On entend tous parler de SpaceX d’Elon Musk qui fait aussi par ailleurs des voitures électriques. Il y a un véritable défi lancé par cette entreprise pour tenter de mettre au point un lanceur de type low-cost. On va donc vers quelque chose de beaucoup moins coûteux. Cela a conduit les Européens et les équipes de l’Agence spatiale européenne, et d’Ariane bien sûr, à repenser leur lanceur et de passer bientôt d'Ariane 5 à Ariane 6 avec l'obligation d’être 40% moins chère qu’Ariane 5 pour survivre. Car Elon Musk, il faut se le rappeler, s’est promis d’éliminer Ariane grâce à ses propres lanceurs beaucoup moins coûteux et partiellement réutilisables. Ariane 6 devrait arriver entre 2020 et 2023. Mais il faut que l’Europe ait une ambition de grands programmes parce qu’il ne suffit pas juste d’avoir une très bonne fusée plus rentable. Si SpaceX réussit, c’est aussi parce qu’il y a d’énormes commandes formulées par le Pentagone et la NASA. L'Agence spatiale américaine s’apprête en effet à lancer des vols habités avec la fusée Falcon 9 de SpaceX.

Vous êtes à nouveau en ligne