"C'est très difficile à détecter" : un astéroïde a frôlé la Terre, et on l'a repéré au dernier moment

Illustration d\'un astéroïde proche de la Terre
Illustration d'un astéroïde proche de la Terre (SCIENCE PHOTO LIBRARY - ANDRZEJ / BRAND X / GETTY IMAGES)

L'astéroïde a été détecté par des télescopes à Hawaï, quelques jours seulement avant de frôler notre planète.

Un astéroïde est passé tout près de la Terre, le 15 juillet, a appris franceinfo, confirmant une information des médias américains. "2019 OK", c'est son nom, mesure entre 40 et 130 mètres de diamètre. L'objet est passé à 76 000 kilomètres de notre planète, cinq fois plus près de nous que la Lune. Il a été détecté par deux télescopes à Hawaï, quelques jours seulement avant de frôler la Terre. Un repérage tardif, qui ne surprend pas Patrick Michel, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des astéroïdes. 

franceinfo : Pourquoi cet astéroïde a-t-il été détecté si tard ?

Patrick Michel : Il est très difficile de détecter des objets de si petite taille, parce qu'ils n'émettent que très peu de lumière. Ils ne réfléchissent que la lumière du soleil et n'émettent pas leur propre lumière. Par ailleurs, les astéroïdes bougent beaucoup plus vite que les étoiles, parce qu'ils passent plus près de nous, et ils laissent une très faible traînée lumineuse.

On a découvert 90% des objets dont la taille est supérieure à un kilomètre de diamètre. Désormais on cherche à détecter les objets qui mesurent 140 mètres de diamètre ou plus. Et pour le moment, on ne connaît que 20 à 30% de ces objets. Il n'y a aucun programme dédié à la détection des astéroïdes. Ils sont donc découverts par des télescopes qui ne sont pas spécialisés en la matière, ou par des amateurs d'astronomie.

Faut-il s'inquiéter de la présence de ce genre d'astéroïdes très près de la Terre ?

Ce n'est pas la première fois que cela arrive, et cela arrivera encore. Des tas d'objets passent près de nous. Et désormais nous avons des télescopes très puissants. Nous allons pouvoir faire de plus en plus de détections. Voilà pourquoi nous travaillons beaucoup sur la communication auprès du grand public et des médias.

Plus il y a de détections, plus il y aura une sensation de danger. C'est un peu comme une autruche qui a la tête dans la terre, entre deux autoroutes. Elle ne sait pas qu'il y a des voitures qui passent. Et le jour où elle lève la tête, elle s'aperçoit qu'il y a toutes ces voitures. Mais en fait il n'y a pas pour autant plus d'accidents. Même si on détecte de plus en plus d'astéroïdes, les fréquences d'impact sont connues et restent relativement faibles.

A-t-on une idée des dégâts que cet astéroïde "2019 OK" aurait pu faire, s'il avait percuté la Terre ?

Un objet de 50 mètres de diamètre fait des dégâts similaires à ceux qui ont été occasionnés en 1908 en Sibérie, dans la forêt de la Toungouska. Il y a alors eu une forte explosion, qui a pulvérisé à peu près 2 000 m2 de forêts. Ce genre de faits se produit une fois tous les mille ans.

Il faut savoir que le risque d'impact d'astéroïde est le risque le moins probable par rapport aux autres risques naturels, tels que les tremblements de terre ou les tsunamis. Certes, les conséquences peuvent être très graves. Mais ce type de phénomène, on peut le prédire, voire le prévenir avec des moyens qui nécessitent d'être mis en œuvre.

Quels sont ces moyens ?

Pour prédire une éventuelle collision avec la Terre, il faut d'abord faire l'inventaire de tous les objets qui dépassent une taille que l'on estime dangereuse. Il faut ensuite suivre ces corps. Cela peut être fait avec les grands télescopes, comme le Pan-STARRS à Hawaï.

Cela prendra quelques décennies pour faire l'inventaire de ces objets de plus de 140 mètres de diamètre. On peut le faire beaucoup plus facilement depuis l'espace. La NASA y travaille. Avec tout cela, on peut prédire les éventuelles collisions. Quant à les prévenir, la NASA va lancer un test de déviation d'un astéroïde en tapant dessus (avec un satellite pour dévier sa trajectoire, ndlr).

Des astéroïdes vont-ils s'approcher de la Terre, dans les prochaines années ?

On a des objets, dont on sait qu'ils vont s'approcher de la Terre. Par exemple, l'astéroïde Apophis va passer à moins de 36 000 kilomètres de la Terre. Cela correspond à moins de dix fois la distance Terre-Lune. Ce sera en 2029, et on pourra le voir à l'œil nu puisqu’il fait à peu près 400 mètres de diamètre.

On essaie de voir s'il est possible de monter une mission pour s'approcher de cet objet afin de mieux l'étudier. On cherche à mieux connaître ces astéroïdes parce qu'ils nous renseignent sur la formation de la Terre et sur l'émergence de la vie. Mais toutes ces informations sont également très importantes pour la sécurité de notre planète.

Vous êtes à nouveau en ligne