VIDEO. "On peut remonter à l'origine du système solaire" : la Nasa a envoyé une sonde sur l'astéroïde Bennu

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Franceinfo a interrogé Antonella Barucci, astronome à l'Observatoire de Paris et co-responsable scientifique de la mission Osiris-Rex.

Elle va frôler et même toucher ce corps céleste qui se trouve à 124 millions de kilomètres de nous. La sonde américaine Osiris-Rex a rattrapé l'astéroïde Bennu, lundi 3 décembre. Elle a voyagé plus de deux ans pour se rapprocher de ce caillou qui tourne autour du Soleil à une vitesse de 100 000 km/h. Antonella Barucci, astronome de l'Observatoire de Paris, et "co-investigator" (co-responsable scientifique) de cette mission, a livré quelques éclairages à franceinfo.

Les astéroïdes, témoins des temps anciens

Bennu "est classé comme astéroïde de type B, ça veut dire très très riche en matière organique", explique-t-elle. "Donc, ça fait partie des objets que l’on pense les plus primitifs de la formation du système solaire, poursuit la spécialiste. En étudiant cet objet, on peut remonter vraiment à l’origine du système solaire."

En effet, les astéroïdes sont comme des témoins de temps extrêmement anciens. Ils sont composés des matériaux originaux du système solaire, il y a quatre milliards et demi d'années, conservés dans une forme "pure", alors que sur Terre, les matériaux ont été depuis longtemps chauffés, fondus, transformés.

Cinq secondes à la surface de Bennu

La sonde de l'agence spatiale américaine va rester en orbite autour du caillou de 493 mètres de diamètre pour le cartographier de façon précise. Mais elle ne va pas se contenter de rester à distance. A la mi-2020, Osiris-Rex va déployer un bras articulé et touchera Bennu pendant cinq secondes, "une méthode qui s'appelle touch and go", précise Antonella Barucci. Lors de ce bref contact, la sonde aspirera entre 60 et 200 grammes de la matière se trouvant à la surface de l'astéroïde. 

Osiris-Rex sera de retour sur Terre en 2023 avec ces échantillons "pour faire des analyses très approfondies, comme on a fait sur la Lune, etc.", commente Antonella Barucci. Cette matière venue de Bennu devrait permettre d'affiner nos connaissances sur la formation du système solaire et sur l'apparition de la vie sur Terre.

Vous êtes à nouveau en ligne