VIDEO. Espace : deux scientifiques vous expliquent cette image de la Voie lactée, la plus réaliste jamais publiée

Le satellite européen Gaia a cartographié en 3D près de 1,7 milliard d'étoiles de notre galaxie. Une image a été publiée par l'Agence spatiale européenne, mercredi. Franceinfo a interrogé deux chercheurs pour mieux la comprendre et identifier les corps célestes.

C'est la première fois que la Voie lactée, notre galaxie, est représentée de façon aussi fidèle. Le satellite européen Gaia a cartographié en 3D près de 1,7 milliard d'étoiles de notre galaxie, a annoncé l'Agence spatiale européenne, mercredi 25 avril. A cette occasion, plusieurs images en haute définition ont été publiées.

Pour mieux comprendre ce travail et décrypter ces documents, franceinfo a interrogé deux professionnels impliqués dans le dossier : Annie Robin, directrice de recherches au CNRS, membre de l'Utinam à l'observatoire de Besançon, et Frédéric Pailler, ingénieur du Cnes et responsable des opérations de la mission Gaia.

Le ciel vu depuis la Terre

L'image en couleurs n'est pas une photo. "C’est une image composite. On a mesuré des points, des étoiles. Et à partir de ces informations, on a reconstitué une carte", explique Annie Robin. Autrement dit, "ce n'est pas une photo directe". Le télescope Hubble prend des photos, mais ce n'est pas le cas de Gaia, qui cartographie.

Ne cherchez pas la Terre sur cette image en couleurs. Elle n'y figure pas. "Cette image, elle est reconstituée avec la Terre comme observateur", souligne Annie Robin. "C’est le même ciel que celui que l’on voit, nous, en regardant, la nuit, avec nos yeux, au-dessus de nos têtes", abonde Frédéric Pailler.

Alors que voit-on sur cette image ? "La partie horizontale lumineuse. C’est la galaxie, c’est notre galaxie, vue par la tranche, puisqu’on est à l’intérieur, en direction du centre", insiste Frédéric Pailler.

Bulbe galactique et poussières interstellaires

"Au centre de la Voie lactée, on voit un endroit qui est plus blanc, qui est plus brillant et qui s’appelle le bulbe. C’est une région de la galaxie qui est proche du centre galactique et qui contient beaucoup d’étoiles vieilles", relève Annie Robin.

"Ce centre de la Voie lactée, on le connaît assez peu parce qu’il nous est difficile d’accès, remarque Frédéric Pailler. Et de détailler : "On est obligé d’utiliser soit des satellites très précis, soit des mesures indirectes, soit des satellites qui regardent dans d’autres longueurs d’ondes que le visible pour arriver à déceler ce qui se passe derrière toute cette nuée d’étoiles qui nous cache le centre."

Des nuages sont également visibles sur cette image. "C’est tout ce qui est noir et ce qui se détache en noir sur un fond plus brillant", explique Annie Robin. "C’est tout simplement des endroits où la poussière, le gaz, des matières interstellaires n’ont pas permis à Gaia de mesurer des étoiles", explique Frédéric Pailler. Dans l'hémisphère Nord, il y a un nuage en forme d'arche. Il s'agit "d'une région de la galaxie qui est assez proche de nous et qui contient beaucoup de nuages", explique Annie Robin.

Nuages de Magellan et amas globulaire

Sur cette image, des endroits très brillants sautent aux yeux. Il y a notamment deux points en bas à droite du bulbe. Ce sont les nuages de Magellan, qui sont visibles à l'œil nu depuis l'hémisphère Sud. Il s'agit de galaxies "beaucoup plus petites que la Voie lactée", note Annie Robin.

Au-dessus de la ligne lumineuse, légèrement sur la droite, il y a un point particulièrement blanc. Il s'agit "d'Omega Centauri dans la constellation du Centaure. C’est un amas globulaire", explique Annie Robin. "C’est un objet très compact avec plein d’étoiles, des centaines de milliers d’étoiles."

Pour aller plus loin et vous plonger directement dans la Voie lactée, l'agence spatiale européenne a publié cette vidéo de notre galaxie en 360°.

Vous êtes à nouveau en ligne