NASA : une sonde spatiale pour mieux comprendre la Lune

(SIPA)

LADEE, c'est le nom de la nouvelle sonde spatiale que la NASA doit lancer ce vendredi. Sa mission : observer un phénomène qui avait été remarqué lors de la mission Apollo 17 en 1972, un rayonnement au niveau de l'horizon lunaire. Une opération importante, dont le coût s'élève à 280 millions de dollars.

En 1972, la mission Apollo 17 signale un phénomène de rayonnement au niveau de l'horizon lunaire,
pendant le lever du Soleil. 40 ans plus tard, la Nasa a décidé d'aller étudier ce phénomène. Vendredi soir, une sonde spatiale, baptisée LADEE (Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer), va être lancée depuis le centre de Wallops en Virginie, afin d'être placée en orbite autour de la Lune. Il lui faudra 30 jours pour atteindre le satellite terrestre.

Pourquoi la Lune brille-t-elle ?

Ce sont en fait les notes du commandant Eugene Cernan, directeur de l'ultime
mission Apollo, qui ont intriguées les scientifiques. Selon ses mots, la Lune
ne dispose pas d'une atmosphère suffisante pour réfléchir la lumière du Soleil et donc provoquer un tel rayonnement.

Aujourd'hui,
les chercheurs envisagent l'hypothèse suivante : de la poussière chargée en
électricité pourrait s'élever au-dessus de la surface lunaire, réussissant à
provoquer une diffraction de la lumière.

La sonde LADEE
tentera de confirmer cette théorie, bien qu'elle soit placée dans
un environnement hostile. "La poussière terrestre est comme
de la poudre de talc. Sur la Lune, elle est très gênante. (...) Elle suit les
lignes de force des champs électriques et s'insinue dans les équipements
",
a expliqué Butler Hine, chef du projet au centre spatial de Moffett Field en
Californie.

"LADEE fait
partie d'une exploration scientifique élargie du système solaire" (John
Grunsfled, administrateur à la NASA)

Outre sa première
mission, LADEE devra également étudier l'enveloppe gazeuse entourant le
satellite terrestre. Les scientifiques espèrent que les données qu'ils
collecteront sur cet environnement leur permettront de comprendre la présence de
poches de gaz similaires observées autour de Mercure ou d'astéroïdes.

Dernière mission
pour LADEE : tester un système expérimental de communications par laser, que la
NASA souhaite utiliser pour de futures observations planétaires, comme celle
qui est prévue sur Mars en 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne