L'Agence spatiale européenne donne le coup d'envoi du développement d'Ariane 6

Une image de la future Ariane 6 réalisée par ordinateur par l\'Agence spatiale européenne, l\'ESA, et présentée le 2 décembre 2014, à Luxembourg. 
Une image de la future Ariane 6 réalisée par ordinateur par l'Agence spatiale européenne, l'ESA, et présentée le 2 décembre 2014, à Luxembourg.  (DAVID DUCROS / SIPA / AP)

La décision des Européens de se doter d'un lanceur compétitif à cet horizon avait été prise en décembre dernier lors d'une conférence ministérielle à Luxembourg.

Le projet Ariane 6 est sur sa rampe de lancement. Mercredi 12 août, l'Agence spatiale européenne (ESA) a donné le coup d'envoi de celle qui doit prendre la succession d'Ariane 5 d'ici 2020, en signant avec Airbus Safran Launchers (ASL) le contrat de développement du lanceur européen.

Ce contrat d'un montant de 2,4 milliards d'euros "va financer les travaux de développement du lanceur Ariane 6 et son industrialisation jusqu'à sa phase de pleine capacité opérationnelle en 2023", a annoncé la coentreprise d'Airbus et Safran dans les lanceurs, évoquant un premier vol en 2020.

L'Europe veut concurrencer SpaceX

La décision des Européens de se doter d'un lanceur compétitif à cet horizon avait été prise en décembre dernier lors d'une conférence ministérielle à Luxembourg. Il s'agissait notamment pour l'Europe de faire face à de nouveaux concurrents comme l'américain SpaceX.

Outre celui avec Safran et Airbus, l'ESA a signé des contrats pour le développement de la base de lancement d'Ariane ainsi que celui de Vega-C, l'évolution du petit lanceur Vega de l'ESA. "Ces contrats vont permettre de mettre au point toute une famille de lanceurs européens hautement compétitive sur le marché mondial, et de garantir aux Etats membres de l'ESA un accès autonome à l'espace, à des prix très concurrentiels", a déclaré Jan Woerner, le directeur général de l'ESA. 

Vous êtes à nouveau en ligne