En 2012, une tempête solaire a failli nous ramener au XVIIIe siècle

Une tempête solaire éclate et de la matière est éjectée de l\'étoile, le 7 juin 2011. 
Une tempête solaire éclate et de la matière est éjectée de l'étoile, le 7 juin 2011.  (HO NEW / REUTERS)

La tempête solaire du 23 juillet 2012 aurait eu des conséquences dramatiques sur l'économie et les circuits électriques si elle avait eu lieu une semaine plus tôt.

La planète bleue a eu chaud. Le 23 juillet 2012, une puissante tempête solaire, jamais vue depuis 1859, a manqué de peu de toucher Terre. La Nasa révèle, dans un communiqué (en anglais) publié mercredi 23 juillet, que si elle avait touché notre planète, cela aurait pu perturber tous les circuits électriques et "renvoyer la civilisation contemporaine au XVIIIe siècle"

Les tempêtes solaires peuvent, en effet, perturber les réseaux électriques et interrompre les télécommunications, internet, les transports aériens ou tout autre système reposant sur l'électricité.

Un coût de 2 000 milliards de dollars

"Si l'éruption avait eu lieu une semaine plus tôt, la Terre aurait été en première ligne", souligne Daniel Baker, de l'université du Colorado. "Un nuage de plasma s'est échappé du soleil à la vitesse de 3 000 km/s, quatre fois supérieure à celle observée pour des éruptions solaires classiques, précise une vidéo (en anglais) de l'agence spatiale américaine relayée par le Monde.fr. La tempête s'est dirigée vers l'orbite terrestre. Heureusement, la Terre n'était pas sur son passage [lorsqu'elle l'a traversée]." 

Le satellite Stereo-A, qui surveille ces phénomènes cosmiques, a pu observer de manière très précise son déroulement, permettant aux scientifiques de conclure que la tempête de 2012 a été la plus forte depuis 150 ans.

Or, selon l'Académie nationale des Sciences, l'impact d'une tempête de telle ampleur sur la Terre coûterait à l'économie mondiale 2 000 milliards de dollars (environ 1 485 milliards d'euros) et causerait des dégâts d'une ampleur inédite. 

Vous êtes à nouveau en ligne