DIRECT. Des astronomes dévoilent la première image d'un trou noir

Vue du grand réseau d\'antennes millimétrique/submillimétrique de l\'Atacama, au Chili, le 22 novembre 2017.
Vue du grand réseau d'antennes millimétrique/submillimétrique de l'Atacama, au Chili, le 22 novembre 2017. (EIJI NOYORI / YOMIURI SHIMBUN / AFP)

Des astronomes du monde entier, réunis sous le projet Event Horizon Telescope, présentent mercredi le résultat d'une observation croisée visant à capturer l'image d'un trou noir, une première. 

Une première dans l'histoire de l'astronomie. Des scientifiques du monde entier, réunis sous le projet Event Horizon Telescope (EHT), ont présenté mercredi 10 avril, le résultat d'une observation croisée visant à capturer l'image d'un trou noir. Les résultats sont présentés lors de six conférences de presse organisées simultanément dans plusieurs villes du monde : Bruxelles (Belgique), Santiago (Chili), Shanghai (Chine), Tokyo (Japon), Taïwan (Chine) et Washington (Etats-Unis).

Première image d\'un trou noir, diffusée le 10 avril 2019.
Première image d'un trou noir, diffusée le 10 avril 2019. (EVENT HORIZON TELESCOPE COLLABORATION)

Qu'est-ce qu'un trou noir ? Les trous noirs ont été théorisés, modélisés, détectés, mais jamais observés. Alors tout le monde se le demande : c'est comment en vrai la photo d'un trou noir ? Selon la loi de la relativité générale publiée en 1915 par Albert Einstein, qui théorise leur fonctionnement, l'attraction gravitationnelle exercée par ces monstres est telle que rien ne peut s'en échapper, ni la matière ni la lumière, quelle que soit la longueur d'onde. Résultat : ils sont invisibles.

Les chercheurs ont traqué deux trous noirs. Le premier, appelé "Sagittaire A*", est situé au centre de notre galaxie, sa masse équivaut à quatre millions de fois à celle du Soleil. Il se situe à 26 000 années-lumière de nous. Le second, appelé M87, se trouve au centre de la galaxie elliptique supergéante Virgo A. Sa masse est 3,5 millions de fois celle du Soleil. Il est à une distance de 54 millions d'années-lumière de la Terre. Les chercheurs ont collecté les premières données en avril 2017 grâce à un réseau mondial de télescopes reliés en interférométrie, situés en Arizona, à Hawaï, au Mexique, au Chili, en Espagne, en Antarctique, en France et au Groenland.

Vous êtes à nouveau en ligne