Découverte d'une étendue d'eau sur Mars : "Cela vérifie beaucoup de choses mais ce n'est pas une révolution"

Image de reconnaissance de la planète Mars obtenue le 1er juillet 2017 par la NASA.
Image de reconnaissance de la planète Mars obtenue le 1er juillet 2017 par la NASA. (AFP PHOTO / NASA / JPL-Caltech / Univ. of Arizona)

Le professeur Jean-Pierre Bibring relativise la découverte d'un vaste lac souterrain sur Mars. Selon lui, l'essentiel de l'eau a disparu de la planète il y a très longtemps. 

"Pour la première fois, on a mis en évidence" une étendue d'eau liquide sur Mars, s'est félicité mercredi 25 juillet sur franceinfo Jean-Pierre Bibring, professeur de physique à l'université Paris-Sud et astrophysicien à l'Institut d'astrophysique spatiale (IAS). Une équipe internationale d'astronomes a annoncé avoir découvert un "lac souterrain" d'environ 20 kilomètres de largeur. Cependant, le responsable de l'opération scientifique Philae nuance : "Ça vérifie beaucoup de choses mais ce n'est pas une révolution."

franceinfo : Que signifie cette découverte ?

Jean-Pierre BibringCe qu'il faut retenir, c'est que ça fait longtemps qu'on recherche des étendues d'eau liquide à la surface de Mars ou dans le sous-sol martien. Pour la première fois, on en a mis en évidence, ce qui est bien. Cependant, on n'a aucune idée de la profondeur de ce que l'on voit, ça pourrait n'être que quelques dizaines de centimètres. De plus, [...] ce n'est pas la première fois qu'on sait qu'il y a de l'eau à la surface de Mars. On sait en effet qu'il y a deux calottes polaires [de l'eau sous forme de glace] depuis très longtemps. On se doutait donc que, sous ces calottes, par le poids de la glace, la pression augmente et l'eau devient stable à l'état liquide à de plus fortes températures. Ce n'est donc pas très étonnant que l'on trouve de l'eau liquide, simplement on ne l'avait jamais mis en évidence. Ça vérifie beaucoup de choses mais ce n'est pas une révolution, en ce sens qu'on sait bien que ce n'est pas là que l'essentiel de l'eau qu'on aurait pu imaginer être présente à la surface de Mars se trouve. L'essentiel de l'eau, comme l'essentiel des composés atmosphériques, a disparu de la planète il y a très longtemps. Ça ne ressemble pas aux grandes étendues d'eau qu'on aurait pu imaginer être l'équivalent de ce qui se trouve sur Terre.

Est-ce qu'on focalise les recherches et l'intérêt sur la présence d'eau sur mars parce que c'est la condition indispensable au développement de la vie ?

Des deux côtés de l'Atlantique, on ne raisonne pas de la même manière à ce sujet. On sait que, sur Terre, l'eau a été importante pour l'émergence de la vie. De là à dire que dès qu'il y a de l'eau, il y a de la vie, il y a un pas important à franchir que nous ne franchissons plus. On sait que ce n'est pas l'eau toute seule qui est nécessaire. Sur Terre, il a fallu de l'eau d'une certaine propriété, avec une certaine température et une certaine acidité... Rien de tout cela ne dit que c'est ce qui est présent aujourd'hui à la surface de Mars.

Dit-on plus volontiers aux États-Unis que là où il y a de l'eau, il y a de la vie ?

Oui car il y a toujours cette idée que l'eau est nécessaire à la vie. S'il y a de l'eau, il y a peut-être du vivant. Comme l'essentiel des missions martiennes visent à savoir si la vie a pu aussi émerger ailleurs que sur Terre et vraisemblablement sur Mars, on va plutôt la chercher là où il y a eu de l'eau liquide. Pour autant, ce que l'on pense c'est que, si elle a émergé, ce n'est pas forcément là où on la recherche aujourd'hui, c'est-à-dire sous les pôles. Il y a d'autres endroits à la surface de Mars où on sait qu'il y a pu avoir de l'eau liquide très tôt dans son histoire - on l'a vu par des minéraux très particuliers - et c'est plutôt dans ces terrains-là qu'il faut voir s'il y a pu avoir à un moment donné une évolution chimique, organique, vers des composés carbonés. Cette évolution a pu aller vers des structures semblables à ce que sur Terre on a appelé des structures vivantes.

Vous êtes à nouveau en ligne