VIDEO. Les médecins intérimaires coûtent cher à l'hôpital

LUCIE CHAUMETTE - FRANCE 2

Un rapport parlementaire propose de limiter le recours à ces professionnels qui entraîne un surcoût de 500 millions d'euros par an pour les hôpitaux.

Un rapport parlementaire, présenté mardi 17 décembre, se consacre aux médecins employés de façon temporaire à l'hôpital, qualifiés par certains de "mercenaires". Il détaille 14 recommandations visant à limiter ce phénomène qui représente un surcoût de 500 millions d'euros par an pour l'assurance-maladie. Sur le sujet règne une "véritable omerta", avance le rapport.

Ces médecins "mercenaires" seraient surpayés, jusqu'à 15 000 euros par mois, et coûteraient cher à la collectivité. Mais "l'hôpital public est à la peine pour recruter certaines spécialités, caractérisées par une forte pénibilité", souligne le député PS Olivier Véran, lui-même neurologue, dans ce document.

Une règlementation rigide

Anesthésie, médecine d'urgence et radiologie souffrent plus particulièrement de pénurie chronique de professionnels, tout comme la gynécologie-obstétrique et la pédiatrie. Face à cette situation, les directeurs d'hôpitaux doivent affronter une "surenchère salariale", tout en étant contraints par une réglementation rigide. Pour la contourner, certains recrutent des médecins sur de courtes durées, au tarif du remplacement, et renouvellent le contrat mois après mois.

Mais cette pratique coûte cher. Un médecin intérimaire touche en moyenne de 600 à 800 euros nets pour une journée de travail et son collègue titulaire 260 euros, selon le rapport. Au final, cela représente un coût de 1 370 euros TTC à l'hôpital, soit "plus du triple du coût normal d'une journée de travail pour un praticien hospitalier (médecin titulaire)".

Vous êtes à nouveau en ligne