VIDEO. Espérance de vie : médecine prédictive à deux vitesses en République tchèque

La République tchèque se tourne vers la médecine prédictive high tech. Sa promesse : retarder le vieillissement grâce à des techniques de pointe… mais ce n'est pas aux Tchèques qu'elles vont bénéficier. Et pourtant, le pays se classe parmi les derniers de l'UE en termes d'espérance de vie. Extrait d'"Avenue de l'Europe" de février 2018.

Avec leurs tarifs attractifs, les pays de l'Est sont des destinations prisées pour le tourisme médical. La République tchèque, connue pour ses cliniques de chirurgie esthétique low cost, se tourne maintenant vers la médecine prédictive high tech. Sa promesse : retarder le vieillissement grâce à des techniques de pointe… mais ce n'est pas aux Tchèques qu'elles vont bénéficier. Extrait du magazine "Avenue de l'Europe" de février 2018.

Un test "spécial femme" 

En plus des implants dentaires et des liftings, certaines cliniques de Prague proposent désormais aux étrangers, en toute discrétion, du séquençage génétique dernier cri. Chez GHC Genetics, pas d'interview officielle : la journaliste se fait passer pour une cliente potentielle se renseignant sur le test "spécial femme". Le "GynGen", facturé 170 euros, propose de mesurer les prédispositions génétiques au cancer du sein. Il faut compter deux mois pour obtenir les résultats.

Votre carte ADN pour 1 000 euros

Pour une carte ADN complète, ce sera trois mois – et 1 000 euros. Pour lutter contre le cancer et le vieillissement, la clinique propose de tester les terminaisons de vos chromosomes, les télomères. Et, éventuellement, de les rallonger.

Rallonger les télomères... et la vie ?

Aujourd'hui, la technologie permet de décrypter l'ADN de plus en plus vite. Pourtant, à l'université Charles de Prague, le spécialiste Ondřej Šeda se montre sceptique sur l'offre commerciale de GHC Genetics et de ses semblables. Grâce à l'étude du génome, la publication de millions de cas permet certes de dessiner des cartes de risque de maladie : "Des données accessibles, mais pas individualisables, précise-t-il. On peut juste situer un patient dans une catégorie de risque."

(mais pas celle des Tchèques)

Quoi qu'il en soit, "la population tchèque n'aura pas droit à la médecine prédictive de pointe", déplore le médecin. Rattraper un retard de trois ans sur la durée de vie moyenne dans l'Union européenne est pourtant un objectif affiché par le gouvernement à l'horizon 2020 : les hommes tchèques vivent en moyenne 76 ans, et les femmes 82.

Extrait de "République tchèque : retarder la mort", un reportage diffusé dans "Avenue de l'Europe" le 14 février 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne