VIDEO. Des poneys au chevet des militaires traumatisés

FRANCE 3

Des séances de "thérapie avec le cheval" sont proposées à Metz à des soldats atteints de stress post-traumatique. Une première au sein de l'armée française.

Trois militaires bichonnent des poneys. Il s'agit d'une séance de "thérapie avec le cheval". Elle est proposée au sein de la section équestre militaire de Metz (Moselle) à des soldats atteints de stress post-traumatique. Des thérapies similaires pour les soldats existent aux Etats-Unis ou en Israël depuis une vingtaine d'années, mais c'est une première au sein de l'armée française.

Un animal tactile, plein de chaleur

Après la toilette des poneys, les militaires les conduisent à un terrain d'équitation voisin, où ils lâchent leurs brides. Une manière pour eux aussi de "lâcher prise". "Nous amenons le patient à ressentir des émotions avec le cheval, et cela le fait travailler sur son traumatisme" car "pour être en lien avec le cheval, il faut l'être avec soi-même", résume Anne-Laure Lannois, une jeune infirmière de classe normale à l'hôpital militaire Legouest de Metz, et cavalière depuis l'âge de 6 ans.

Tactile, plein de chaleur et d'odeurs évoquant la petite enfance, le cheval est aussi synonyme de force, bien que craintif et grégaire. Ces ambivalences font de lui un être "incontrôlable" qui "nous renvoie à nos propres angoisses", analyse l'infirmière.

L'expérience pourrait être étendue

C'est elle et Céline Barthelemy-Vojacsek, médecin principal et psychiatre à l'hôpital Legouest, qui ont eu l'idée de cette thérapie avec les chevaux. Elles se sont formées auprès de la fédération nationale des thérapies avec le cheval (Fentac) pour développer leur projet.

Avec trois patients sur neuf séances dans la section équestre militaire de Metz, le projet est encore modeste. Mais au vu des premiers succès remarqués, les séances vont être prolongées et l'expérience pourrait être étendue à d'autres hôpitaux militaires.

Vous êtes à nouveau en ligne