Une jeune fille de 17 ans est morte de la rougeole en Gironde, le troisième décès en France depuis novembre 2017

Le CHU de Bordeaux, le 17 mai 2018.
Le CHU de Bordeaux, le 17 mai 2018. (BURGER / PHANIE / AFP)

Fin juin, l'agence Santé publique France avait annoncé le décès dû à la rougeole d'un patient de 26 ans.

La rougeole a fait un troisième mort en France en 2018, une jeune fille de 17 ans décédée "des suites de complications neurologiques" liées à cette maladie contagieuse au CHU de Bordeaux, a annoncé, vendredi 6 juillet, l'Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine. "Cette personne décédée de la rougeole n'a pas pu être vaccinée de par son état d'imunodépression", a expliqué le docteur Matthieu Méchain. Imunodépression, c'est un terme générique qui veut dire que la personne n'a pas les défenses suffisantes pour lutter contre une infection."

Fin juin, l'agence Santé publique France avait annoncé le décès dû à la rougeole d'un patient de 26 ans. Il était aussi immunodéprimé, c'est-à-dire que son système immunitaire était trop faible pour lui permettre de recevoir le vaccin. La maladie avait déjà tué en février, à Poitiers, une mère de famille de 32 ans qui n'avait jamais été vaccinée. D'après le quotidien La Nouvelle République, elle avait contracté le virus au CHU, où elle avait conduit son père pour une hospitalisation.

L'épidémie en déclin dans la région

Depuis le 6 novembre, en Nouvelle-Aquitaine, 1 096 cas de rougeole ont été confirmés (2 567 en France), 1 cas sur 4 a nécessité une hospitalisation et 12 patients ont été transférés en réanimation. Dans près de 90% des cas, les personnes n'étaient pas vaccinées, ou insuffisamment.

Toutefois, depuis fin mars, l'épidémie est en déclin en Nouvelle-Aquitaine avec moins de 10 cas confirmés par mois, et est considérée comme terminée. L'ARS Nouvelle-Aquitaine précise que la couverture vaccinale contre la rougeole reste insuffisante dans la région, et que de nouveaux foyers peuvent apparaître.