Un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) découvert dans l'Allier

Un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) ou maladie de la langue bleue, a été identifié dans l\'Allier.
Un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) ou maladie de la langue bleue, a été identifié dans l'Allier. ( MAXPPP)

Une vaccination massive des troupeaux est envisagée.

Un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) ou maladie de la langue bleue, a été identifié dans l'Allier, vendredi 11 septembre. C'est une mauvaise nouvelle de plus pour le secteur de l'élevage, au moment où il tente de relancer ses exportations. La maladie, sans danger pour les humains, est véhiculée par un moucheron piqueur et se traduit par de fortes fièvres, un gonflement de la tête de l'animal et le bleuissement de sa langue – d'où son nom.

"Les analyses conduites sur 147 bovins ont montré 27 cas positifs et sur 175 ovins, 6 cas positifs", a précisé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll. L'élevage concerné a été aussitôt placé "sous surveillance renforcée et les mouvements d'animaux bloqués au sein de l'exploitation" et l'élevage concerné est isolé par une "zone de protection et de surveillance de 150 km de diamètre".

Il n'y aura "pas d'abattage massif car la plupart des animaux guérissent, même si certains peuvent mourir", indique la Direction générale de l'alimentation (DGAL). Les tests ont mis en évidence la présence du stéréotype 8, qui "n'est pas le plus virulent".

Quelque 1,3 million de doses de vaccin à disposition

Comme le veut la réglementation européenne, toute la zone doit appliquer une restriction des mouvements d'animaux et une interdiction de regroupement, ce qui concerne 21 départements au total. Des campagnes de vaccination sont également envisagées. "Dès la semaine prochaine nous aurons 1,3 million de doses de vaccin à notre disposition", a annoncé le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. J'envisage de vacciner massivement, mais le périmètre dépendra des informations qu'on aura"

L'origine du foyer est encore incertaine, mais la DGAL envisage la possibilité d'une circulation via la faune sauvage. La France avait été déclarée indemne de la FCO en décembre 2012 et le dernier foyer identifié remontait à juin 2010, dans les Alpes-Maritimes.