Vers un espoir de changement à l'hôpital

Les hôpitaux ont dû s'organiser pendant la crise. S'ils peuvent souffler aujourd'hui, il a fallu gérer l'afflux de patients, comme à Metz en Moselle.

L'hôpital de Metz (Moselle) a été durement frappé par l'épidémie de Covid-19, comme tous ceux du Grand Est. Aujourd'hui, aux urgences, il ne reste plus que cinq boxes Covid-19. Les soignants sont déterminés à tirer les leçons de la crise. Plus question par exemple de passer des heures à trouver des lits. Pendant les fortes affluences, les opérations programmées étaient suspendues, donc les soignants pouvaient facilement transférer leurs patients dans le service adapté.

La régulation du Samu aussi en première ligne

Autre service en première ligne pendant la pandémie : la régulation du Samu. Il a fallu s'adapter à l'afflux d'appels et le système de tri est resté en place pour orienter les appels vers les urgences ou la médecine de ville. Très présents pendant la crise, les généralistes sont encore deux chaque jour à répondre au 15. Les professionnels attendent du "Ségur de la santé" qu'il dessine l'après Covid-19.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne