Une main cousue dans le ventre pour éviter l'amputation

Frank Reyes, un patient américain de 87 ans, a passé trois semaines avec sa main placée sous la peau de l'abdomen. Gravement brûlé, c'était le seul moyen pour éviter l'amputation de sa main. Une technique spectaculaire, régulièrement utilisée dans les services de traitement des grands brûlés.

Pour sauver la main brûlée de ce patient de 87 ans, les chirurgiens du Houston Methodist Hospital, aux Etats-Unis, ont choisi de placer le membre sous la peau de son abdomen, comme dans une poche. Une opération utilisée lorsque la brûlure est très profonde.

"Lorsque les tendons et les articulations sont touchés, on ne peut pas avoir recours à une greffe de peau mince, car elle ne prendra jamais. C’est pour cela qu’on « empoche »", explique le Pr Maurice Mimoun, chef de service du Centre de traitement des brûlés de l’hôpital de Saint-Louis (AP-HP), à Paris.

Cette technique peut paraître spectaculaire, mais elle est bien connue des spécialistes pour favoriser la cicatrisation.

"Il faut d’abord retirer la peau brûlée puis on va « empocher » le membre dans le ventre, puis attendre que cette peau prenne racine, que des petits vaisseaux se créent", poursuit Pr Maurice Mimoun.  

Au bout de quelques semaines, le membre est découvert. Il faut ensuite plusieurs interventions de chirurgie reconstructrice pour séparer les doigts et recréer une main fonctionnelle.

Pour Frank Reyes, cette opération a été un succès. La séparation a été réalisée le 27 août 2015 et selon le chirurgien qui l'a opéré, le Dr Anthony Echo, il devrait rapidement retrouver l'usage de son membre.

Vous êtes à nouveau en ligne