Troisième âge : ils veulent vieillir ensemble

FRANCE 3

Des parlementaires pointent du doigt la situation alarmante dans les EHPAD. Leur rapport fait état d'une crise profonde et parle de maltraitance institutionnelle. La maison d'accueil rurale pour les personnes âgées (MARPA) apparaît alors comme une solution.

Vivre en collectivité avec d'autres personnes âgées, c'est le principe de la MARPA. À Milly-la-Forêt (Essonne), Paul Guillot épluche les légumes presque tous les matins pour la soupe du soir. "J'ai visité des maisons de retraite avant de venir. Quand j'ai vu ce que j'y ai vu, j'ai dit : 'Ce n'est pas là qu'il faut que j'aille'", confie l'homme de 87 ans. Il n'arrivait plus à s'occuper seul de sa maison. Ce qu'il cherchait, c'est une résidence à taille humaine.

Une résidence à taille humaine

La maison d'accueil rurale pour les personnes âgées est gérée par une association à but non lucratif. La condition pour y être admis est de ne pas être en état de grande dépendance. Chacun à son propre appartement. Pour veiller sur les 20 résidents, il n'y a pas de médecin ou d'infirmière, mais six salariés qui animent les ateliers, préparent les repas, s'occupent du linge et surtout prennent le temps de parler. Une réunion a lieu tous les jours pour faire le point sur la situation des pensionnaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne