Télémédecine : près de 8 000 téléconsultations remboursées en 6 mois

Depuis septembre 2018, les actes de télémédecine sont remboursées par la Sécurité sociale
Depuis septembre 2018, les actes de télémédecine sont remboursées par la Sécurité sociale

Les actes de télémédecine sont remboursés depuis le 15 septembre, après un accord conclu entre l’Assurance maladie et trois syndicats de médecins libéraux.

Un bon levier pour lutter contre les déserts médicaux ? Six mois après l’entrée en vigueur du remboursement par la Sécurité sociale, 7 939 téléconsultations ont été prises en charge a annoncé, l’Assurance maladie dans un communiqué de presse ce mardi 26 mars.

Depuis le 15 septembre 2018, tout médecin peut recourir à la téléconsultation, quels que soient sa spécialité, son secteur et son lieu d’exercice. Et cela, pour n'importe quel patient, en ville ou en établissement de santé.

Lire aussi : La télémédecine désormais autorisée et remboursée

700 actes hebdomadaires depuis la mi-février

Arrêté au 17 mars et "effectué à partir des facturations des téléconsultations", le bilan "reflète une montée en charge progressive", a affirmé l’Assurance maladie, évoquant également un déploiement "qui tend à s'accélérer". Le nombre hebdomadaire moyen de téléconsultations est ainsi passé de 200 à la fin 2018, à plus de 700 depuis la mi-février.

Alors, qui est en tête de liste ? Les médecins généralistes, ou les spécialistes ? Eh bien, ce sont les premiers, les médecins généralistes avec 40,2% d’actes facturés, contre 32,2% pour les spécialistes. En troisième position, les centres de santé (19,9%), suivis par les établissements de santé (7,7%), dont les actes sont "le plus souvent facturés dans le cadre de consultations externes".

D’un point de vue géographique, "il est prématuré d’indiquer, à ce stade, les territoires les plus moteurs en la matière", déclare l’Assurance maladie.

Lire aussi : Se soigner malgré la distance

Un ordinateur, une caméra, un lien

La téléconsultation permet de consulter un médecin à distance, par exemple depuis son domicile, via un ordinateur ou une tablette équipée d'une caméra. Le praticien "décide des conditions dans lesquelles doit se réaliser cette consultation à distance" et doit envoyer à son patient "un lien l'invitant à se connecter sur un site ou une application sécurisés", explique l'Assurance maladie.

L’acte est facturé "au même tarif" qu'une consultation classique, c’est-à-dire en présentiel, soit entre 23 et 58,50 euros selon la spécialité (hors dépassements d'honoraires), pris en charge par la Sécu à hauteur de 70% et par les complémentaires santés pour les 30% restants.

Selon l'Assurance maladie, "le développement de la téléconsultation devrait s'amplifier dans les prochains mois", avec notamment la signature d'accords de remboursement des facturations émises par de nouveaux acteurs comme les infirmiers libéraux ou les pharmaciens.

Vous êtes à nouveau en ligne