Les ravages de Zika en images

Les effets de Zika sur le cerveau du fœtus sont de mieux en mieux connus, en particulier en ce qui concerne le risque de microcéphalie. Mais il est rare d'observer ces lésions en images.  

Les photos sont impressionnantes. Des crânes repliés sur eux-mêmes, déformés, ou des parties entières de cerveau remplies de liquide : voilà quelques unes des conséquences les plus graves causées par le virus Zika sur le cerveau du fœtus. Une équipe de recherche internationale a publié le 25 août ces clichés médicaux, dans la revue Radiology. Les chercheurs ont passé au scanner et aux ultrasons, le cerveau de 45 nouveau-nés et fœtus, dont les mères ont été infectés par le virus Zika pendant la grossesse.

Les images parlent d'elles-mêmes, reflétant l'ampleur des zones cérébrales lésées par le virus. Cervelet, corps calleux, développement neuronal... Ce n'est pas que la taille du cerveau qui est altérée par le virus. Sur certaines images, le cerveau présente des régions rétrécies, calcifiées. Sur d'autres, des ventricules remplis de liquide. Chez d'autres enfants encore, si le cerveau a arrêté de grandir, la peau du crâne, elle, a continué à se développer, donnant un aspect replié au sommet de la tête.

L'analyse de ces images reflète toute la complexité des atteintes provoquées par Zika.

Les chercheurs recommandent aux médecins de ne pas se limiter à la microcéphalie pour diagnostiquer une lésion. En effet, certains dommages pourraient se situer dans des parties du cerveau encore en développement après la naissance, supposant des problèmes cérébraux à long terme.


Ce foetus de 36 semaines est atteint d'une microcéphalie grave. L'arrière de son crâne est calcifiée (Source : Radiology)

Les scientifiques espèrent ainsi aider tous les radiologues à estimer l'ampleur des dommages. Ils souhaitent que ces images soient un guide détaillé à l'usage de la communauté médicale mondiale. Les photos sont d'ailleurs en accès libre.

Néanmoins, les clichés n'ont pas vocation à représenter l'ensemble des dégâts causés par Zika. Selon l'étude, ils ne représenteraient que les cas les plus graves. En juillet 2016, le nombre de microcéphalies confirmées au Brésil a dépassé les 8.300.

Source : Congenital Brain Abnormalities and Zika Virus: What the Radiologist Can Expect to See Prenatally and Postnatally. Levine et al. Radiology, août 2016. DOI: http://dx.doi.org/10.1148/radiol.2016161584

Vous êtes à nouveau en ligne