La Ligue contre le cancer dénonce les prix exorbitants des nouveaux anti-cancéreux

La Ligue contre le cancer lance ce 7 avril une pétition exigeant une baisse des prix des nouveaux médicaments contre le cancer. Elle réclame en outre que cette problématique soit au cœur de la prochaine réunion du G7 à la fin du mois de mai au Japon.

"Face à l’inflation des prix pratiqués par des laboratoires pharmaceutiques enclins à optimiser leurs gains, des menaces réelles pèsent sur l’équité d’accès des patients aux traitements innovants des cancers et sur la pérennité de notre système de santé solidaire" indique la Ligue contre le cancer, une association forte de plus de 600.000 adhérents, qui soutient les malades et finance des programmes de recherche.

Elle s'était mobilisée dès le mois de décembre pour dénoncer les prix "exorbitants" et "injustes" des médicaments innovants contre le cancer, un thème repris en mars par une centaine de cancérologues dans un texte publié dans le Figaro.

La Ligue espère rassembler plusieurs centaines de milliers de signatures avec sa pétition, qui critique notamment "l'opacité de la fixation des prix" et interpelle les pouvoirs publics pour "qu'ils résistent à la pression des laboratoires pharmaceutiques".

"Une nécessité, et non un choix"

"Le cancer touche chaque jour 1.000 nouvelles personnes, 400 en décèdent chaque jour" rappelle la pétition. Ses initiateurs estiment que "les médicaments innovants ne sont pas des biens de consommation comme les autres" et qu'ils "relèvent d’une nécessité et non d’un choix pour les personnes malades".

Parmi les prix "exorbitants", la Ligue cite le cas du pembrolizumab (Keytruda®), un nouveau médicament efficace contre le mélanome, dont le coût est estimé à plus de 100.000 euros par an et par patient.

La Ligue rappelle également que l'industrie pharmaceutique détermine ses prix "en fonction des capacités économiques du marché". Elle cite l'exemple d'une cure standard de 12 semaines de sofosbuvir (Sovaldi®), un médicament utilisé pour traiter l'hépatite C, qui coûte 67.000 dollars (59.000 euros) aux Etats-Unis, 41.000 euros en France, 4.000 euros en Thaïlande et 700 euros en Egypte.

"À court terme, le traitement d’un patient pendant un an équivaudra au revenu moyen de trois ménages français" avertit la pétition, réclamant que la question des prix des médicaments innovants "fasse partie, à la demande de la France, de l'ordre du jour du prochain G7".

Le président de la République François Hollande a annoncé le mois dernier qu'il défendrait cette cause au G7 puis au G20 en septembre en Chine.

Vous êtes à nouveau en ligne