Greffes : un ver marin pourrait les révolutionner

FRANCE 2

Un substitut du sang humain a-t-il été trouvé dans des vers marins ? La réponse des scientifiques est oui. Des essais cliniques ont été réalisés. Ils ont montré que ces petits invertébrés pourraient un jour révolutionner la médecine.

Une ferme marine inédite. L'objectif de la start-up bretonne qui l'exploite à Noirmoutier (Vendée) est de révolutionner les greffes grâce à un élevage très particulier, celui des vers marins. Ces derniers, que l'on trouve sur les plages, intriguaient le chercheur en biologie marine, Franck Zal. Comment peuvent-ils stocker de l'oxygène pour survivre sous l'eau à marée haute sans respirer ? Ils ont des molécules capables de transporter 40 fois plus d'oxygène que notre hémoglobine. Le chercheur a donc eu l'idée de prendre ces vers marins, et d'extraire de leur sang ces molécules pour les utiliser afin de mieux conserver les organes à greffer.

Des vers bientôt commercialisés ?

Un pionnier de la greffe a utilisé cette innovation en janvier dernier pour une délicate greffe du visage. Il estime que les molécules de ce ver ont un énorme intérêt puisqu'elles permettent de garder le greffon en meilleur état et plus longtemps et de le refaire fonctionner plus vite. Une étude sur 60 greffes de rein avait déjà montré que le produit est sûr. Franck Zal attend les autorisations pour les commercialiser. Il travaille aussi sur des nouveaux pansements et sur un substitut du sang.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne