VIDEO. Au Congo, elle crée un orphelinat pour des enfants dont les parents sont morts du Sida

BRUT

Célestine Bagniakana l'a fait. Depuis 30 ans, elle s'occupe d'enfants dont les parents sont morts du Sida au Congo. Voici son histoire.

Célestine Bagniakana est congolaise. Depuis près de 30 ans, dans son pays, elle s’occupe d’enfants dont les parents sont morts du Sida.

Des morts en cascade et un déclic

Dans les années 80, Célestine voit ses collègues mourir de façon très rapprochée, à cause du VIH. "Les gens n’y croyaient pas, alors qu’il y avait des morts, des morts en cascade. Mais les gens attribuaient cela à la sorcellerie".

Elle commence par faire des prospectus en achetant des rames de papier de couleur "pour que ça frappe". Sur ces papiers, une phrase : "Tout le monde sait ce que c’est le Sida, mais tout le monde refuse que le Sida existe, que le Sida tue".

S’ajoute aux nombreux décès de ses collègues, celui de son mari. Ce triste événement va changer sa vie. Célestine va avoir un déclic. "Et c’est à partir de là que j’ai eu un déclic, j’ai dit que j’allais m’occuper des orphelins. Donc, de la lutte contre le Sida".

En 1997, elle commence à accueillir les enfants chez elle. Ils sont devenus, en quelques sortes, ses propres enfants. Mais, très vite, la contrainte de la promiscuité s’impose à elle. S’en est alors suivie l’idée de Célestine Bagniakana de construire un orphelinat. "Une fois j'ai dit : ‘Mais pourquoi ne pas construire un orphelinat ?’", raconte-t-elle. En 2014, après cinq années de travaux, l’orphelinat Cœur Céleste ouvre ses portes à Pointe Noire.

Vous êtes à nouveau en ligne