Sida : le gouvernement donne son feu vert à un traitement préventif

(Des études ont démontré l'efficacité du Truvada comme traitement préventif contre le VIH © MaxPPP)

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé lundi que le gouvernement est favorable à l'utilisation du Truvada comme traitement préventif contre le VIH. Une recommandation sera prochainement publiée et le traitement sera pris en charge à 100% début 2016.

"Je suis favorable à la publication d'une recommandation temporaire d'utilisation du Truvada, un médicament qui doit nous permettre d'avancer significativement dans la lutte contre le VIH" , a déclaré Marisol Touraine lundi à l'Assemblée, à quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre.

A LIRE AUSSI  ►►► Sida : un traitement préventif réduirait de 86% le risque d’infection

Cette recommandation devrait être publiée "au cours de la première quinzaine de décembre" et le traitement sera pris en charge à 100% par la Sécurité sociale dès le "début de l'année 2016", a précisé la ministre.

Déjà autorisé aux Etats-Unis 

Plusieurs études ont démontré que le Truvada, actuellement commercialisé pour le traitement des malades du sida, était également efficace comme traitement préventif pour les personnes non-infectées mais "à risque". Ce médicament était en attente en France d'une recommandation temporaire d'utilisation (RTU) depuis 2005, date de sa mise sur le marché. Le Truvada est déjà autorisé aux Etats-Unis comme traitement préventif.

"Ce traitement sera dispensé et pris en charge de façon encadrée", a déclaré Marisol Touraine
--'--
--'--

La semaine dernière, des chercheurs, dont le prix Nobel de Médecine François Barré-Sinoussi, ainsi que plusieurs associations de lutte contre le sida avaient appelé le gouvernement à autoriser immédiatement ce traitement. "La PrEP (prise de médicament anti-VIH par des séronégatifs dans un but préventif) est un impératif éthique et politique. Une nécessité tant en termes de santé que de droits humains" , écrivaient-ils dans une lettre ouverte à Marisol Touraine.

Vous êtes à nouveau en ligne