"Les gens ont moins peur des maladies sexuellement transmissibles" : les cas de syphilis en hausse de 70% en Europe

Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (HOUET MICHEL / MAXPPP)

"C’est surtout la communauté homosexuelle homme qui est touchée", "une courbe parallèle avec l'augmentation des cas de Sida", explique un généraliste.

La syphilis, une infection sexuellement transmissible (IST), gagne du terrain en Europe, selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies. Depuis 2010, le nombre de cas de syphilis a augmenté de 70 % en Europe et dépasse, dans certains pays, le VIH. En France, le nombre de cas a quasiment été multiplié par trois en sept ans.

"Les infections sexuellement transmissibles augmentent parce que justement les gens ont moins peur, parce qu'ils savent que ça se soigne", explique le docteur Jean-Paul Hamon, médecin généraliste et président de la Fédération des médecins de France (FMF), jeudi 18 juillet sur franceinfo. "On ne cesse de répéter qu'il faut se protéger et on essaye de le faire pour les personnes de plus en plus jeunes mais souvent c'est très dur de faire passer le message", ajoute-t-il.

franceinfo : Charles Baudelaire, Guy de Maupassant, Toulouse-Lautrec en sont morts. Aujourd’hui, est-ce que c'est grave la syphilis ?

Jean-Paul Hamon : C’est grave si on la découvre trop tard. Il peut y avoir des dégâts importants sur le cerveau. Surtout, ce qui est important, c'est de voir que ça a augmenté autant. Ça signifie que les gens sont de nouveau beaucoup moins prudents. Ils l'ont été, ils ont eu très peur du Sida et donc ils se sont protégés. On voit en plus dans l'article [du Centre européen de contrôle et de prévention des maladies] que c’est surtout la communauté homosexuelle homme qui est touchée et que c'est une courbe qui est parallèle avec l'augmentation des cas de sida parce que les gens ont moins peur d'attraper le Sida, parce que ça se soigne. D'une façon générale les infections sexuellement transmissibles augmentent parce que justement les gens ont moins peur, parce qu'ils savent que ça se soigne. On ne cesse de répéter qu'il faut se protéger et on essaye de le faire pour les personnes de plus en plus jeunes mais souvent c'est très dur de faire passer le message et on a l’air de passer pour des vieux croûtons à chaque fois qu'on aborde le sujet.

Justement, qu’est-ce qu'ils vous disent ces jeunes quand ils viennent vous voir en cabinet ?

Quand on a la chance d'avoir des gens seuls, c'est bien, on peut en parler beaucoup plus facilement. Mais quand on voit des mères qui viennent avec leur jeune fille qui a 11 ans pour le vaccin contre le cancer du col [de l’utérus] et quand on aborde la question des rapports sexuels, souvent on voit les mères dont les yeux sortent de la tête en se disant "comment il peut parler de rapports sexuels à ma petite fille ?" etc. Donc c'est toujours extrêmement délicat et ce sont souvent des consultations qui sont qui sont un peu complexes à aborder. Il faut essayer de convaincre les enfants de la prudence et de l'importance de se protéger.

Le seul moyen de se protéger contre la syphilis et contre toutes les autres IST (infections sexuellement transmissibles) c'est bien le préservatif ?

C'est bien le préservatif. Et moi j'essaye de le dire, surtout aux filles, parce que je leur dis : "tu sais les garçons, je connais. Ils ne se protégeront pas. Ne fais jamais confiance". Je le fais aussi passer aux garçons.

Quels signes doivent alerter de la syphilis ?

Ça commence d'abord par un écoulement turbulent au niveau de la verge et puis ça s'arrête très vite. Après, l'embêtement c'est que plusieurs semaines après il peut y avoir une syphilis secondaire si elle n'est pas traitée, il peut y avoir une éruption. Mais ça se soigne. Je me souviens très bien d'avoir eu un patient qui était absolument effondré devant un livre de médecine. Il avait été voir une prostituée et il avait des boutons. Il avait reconnu la syphilis secondaire et alors il était absolument effondré parce qu'il avait vu toutes les complications. Je lui ai demandé : "De quand il date votre bouquin ?" Il avait un bouquin des années 1900 qui était extrêmement descriptif sur tous les ennuis de la syphilis. Alors je lui ai dit : "Ne vous tracassez pas ! On a eu la pénicilline depuis". Et heureusement pour lui la pénicilline l’a guéri.

Vous êtes à nouveau en ligne