Pentecôte : à quoi sert la journée de solidarité ?

Selon la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, ce lundi de Pentecôte, institué "journée de solidarité" il y a quatorze ans, devrait rapporter 2,42 milliards d'euros en 2018. Mais sommes récoltées servent-elles réellement les buts initialement fixés ?

Environ 30 milliards d'euros en treize ans : c'est la somme récoltée depuis la mise en place de la "journée de solidarité" instaurée les lundis de Pentecôte. Cet argent est géré par la Caisse Nationale de Solidarité Autonomie, et doit être redistribué aux Agences régionales de santé (ARS) et aux départements.

En théorie, 60% de cet argent doit être reversé au profit des personnes âgées et 40% sont destinés aux personnes handicapées. Mais selon Romain Gizolme, directeur de l'Association des Directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), invité du Magazine de la santé le 16 mai 2016, "cet argent, concrètement [est destiné à] mieux accompagner les personnes âgées, au travers de financement de certaines postes, au travers de certains investissements, au travers d’une augmentation de l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie (APA), donc c’est un mieux".

"Pour autant, depuis maintenant plus de 10 ans, [...] 5 milliards d’euros [qui auraient dû être destinés à l’aide aux personnes âgées] ont été détournés par l’Etat au bénéfice d’autres objectifs", explique-t-il.

Des sommes mal distribuées

Mise en réserve des fonds, gel des crédits... les sommes censées financer les établissements spécialisés ne seraient pas intégralement utilisées par les agences régionales de Santé (ARS). Les départements qui distribuent l’allocation personnalisée d’autonomie seraient aussi impliquées dans ce détournement : "Récemment, le Ministre du budget a indiqué de façon autoritaire que 50 millions de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) seraient [employés] à l’aide aux départements", poursuit Romain Gizolme. "Mais nous avons bien compris que ça ne serait pas utilisé à l’aide aux personnes âgées. Par ces petits mécanismes qui se répètent chaque année, vous obtenez à la fin un total de 5 milliards d’euros qui auraient pu bénéficier aux personnes âgées, notamment en créant des emplois et qui, in fine, sont allés financer d’autres mesures [...]. Mais quand les parlementaires, la représentation nationale dit que nous affectons tant d’argent pour tel objectif, utiliser cet argent à autre chose, c’est un détournement d’argent."

À lire aussi : Dépendance : vers une deuxième journée de solidarité ?

Ce détournement a d’ailleurs été constaté en 2010 dans un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS). De son côté, la Caisse Nationale de Solidarité se défend de toute manœuvre de détournement et affirme que l’argent de la journée de solidarité sera bien redistribué.