"Je laisse les soucis à la maison" : à 81 ans, Catherine retourne à la guinguette grâce à l'invitation du Secours populaire

Chez Gegène, la guinguette de Jointville-le-Pont, où depuis 13 ans, le Secours populaire organise le banquet des cheveux blancs.
Chez Gegène, la guinguette de Jointville-le-Pont, où depuis 13 ans, le Secours populaire organise le banquet des cheveux blancs. (AURELIE LADET / MAXPPP)

Comme 400 autres personnes âgées d'Île-de-France, cette octogénaire va participer au banquet des cheveux blancs, organisé par le Secours populaire.

"Je vais pouvoir danser et m'amuser comme une petite folle", raconte Catherine, 81 ans, en montrant fièrement ses chaussures et sa robe qu'elle a "déjà mises l'année dernière". Ses affaires sont prêtes depuis plusieurs jours. Cette octogénaire va participer au banquet des cheveux blancs, organisé depuis 13 ans par le Secours populaire. Vendredi 9 août, 400 seniors suivis par l'association en Île-de-France passent une journée sur la Seine.

Visite de Paris et guinguette

Quand Catherine a appris qu'elle était invitée pour la troisième fois, elle était "heureuse", répète-t-elle à plusieurs reprises. "C'était une très grande joie". Après une visite de Paris, les bateaux-mouches venus de région parisienne s'arrêteront Chez Gégène, célèbre guinguette au répertoire bien connu, en bord de Marne.

En fredonnant les paroles de la chanson Ah le petit vin blanc de Lina Margy, Catherine raconte comment les précédentes éditions se sont passées : "Nous sommes accueillis par les musiciens, puis on prend l'apéritif. Une demi-heure après le début du repas, on commence à danser [...], quelque fois avec des inconnus". Catherine explique avec malice qu'elle essaie de retrouver les partenaires qu'elle a rencontrés la fois d'avant, "parce qu'en général, ce sont des bons danseurs, donc on se les accapare".

Oublier la solitude

Pendant quelques heures, Catherine et ses camarades vont mettre de côté leurs soucis financiers et parfois leur solitude. "Certains l'évoquent. Moi, je refuse catégoriquement. Je suis là pour me distraire, profiter au maximum. Je laisse tous ces soucis à la maison", confie cette francilienne qui a découvert l'existence de cette journée sur une affiche au centre social.

L'octogénaire assure qu'une journée à bord fait effet sur son moral pendant des semaines. Pour en profiter en amont, Catherine a déjà fait le trajet jusqu'au lieu du départ afin d'être sûre de ne pas arriver en retard vendredi.

Le reportage franceinfo d'Ariane Griessel
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne