Immobilier : les ventes en viager se développent

FRANCE 2

La formule séduit de plus en plus d'investisseurs. Le viager représente seulement 1% des transactions immobilières, mais le marché ne cesse de croître

Aux Sables-d'Olonne (Vendée), les époux François, sans enfant, possèdent un petit coin de paradis qu'ils viennent tout juste de vendre. Ils ne sont cependant pas près de quitter ces 110 m2, car ils ont opté pour une vente en viager. Ils ont donc touché quelques dizaines de milliers d'euros à la signature et touchent une rente de 349 euros chaque mois, à vie. Le viager représente seulement 1% des transactions immobilières, mais le marché ne cesse de croître. Avec 8 000 ventes en 2018, c'est +5% en un an. La première région concernée est l'Île-de-France, qui concentre 40% des transactions. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, ces ventes représentent 25%.   

Une décote en fonction de l'espérance de vie   

L'opération peut s'avérer très intéressante pour les acheteurs. Un trois-pièces au cœur d'une grande ville estimé à 235 000 euros est mis en vente en viager par une femme de 81 ans. Son espérance de vie est estimée à 11 ans. Avec ces informations, l'agent immobilier calcule une décote. Le prix du bien passe de 235 000 euros à 143 724 euros. Une partie de cette somme est versée comptant lors de la signature et l'autre sous forme de rente chaque mois tant que le vendeur est en vie. Le gouvernement souhaite de plus en plus développer ce système pour qu'il devienne l'une des solutions au financement de la dépendance des aînés. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne