Interdiction de produits injectables pour éclaircir la peau

L'Agence du médicament (ANSM) a décidé la suspension de la commercialisation de produits injectables pour éclaircir ou blanchir la peau vendus sur internet en raison des risques sanitaires qu'ils présentent. 

Publiée sur son site le 1er avril, cette décision de police sanitaire interdit "la publicité, la détention, la fabrication, l'importation et l'exportation ainsi que la distribution "même à titre gratuit" de ces produits promus auprès des consommateurs français, notamment par le site www.blackbeautyessentials.fr.

L'Agence du médicament (ANSM) souligne que la présentation sous forme injectable, voie à "haut risque", et les modalités d'administration préconisées sur les sites de vente "peuvent laisser penser au consommateur moyennement averti qu'il serait en présence de médicament", alors que ces produits n'ont fait l'objet d'aucune autorisation à ce titre.

En septembre 2015, les autorités sanitaires américaines (FDA) avaient mis en garde les consommateurs contre l'utilisation des produits injectables à visée éclaircissante, en raison de leur composition et d'un risque infectieux lié à leur mode d'administration et dans la mesure où ils ne sont pas autorisés en tant que médicaments.

Deux cas récents

Deux cas d'exposition à ces produits ont été signalés en France en 2015 via les Centres antipoison, dont un avec nausées, sensation vertigineuse et palpitations.

Selon des informations recueillies par Allodocteurs.fr, le premier cas, recensé au centre anti-poison d'Angers, a permis de donner l'alerte à l'ANSM. "C'est une réaction cutanée au niveau du point d'injection de ce produit qui nous a été signalée" précise Marie Bretaudeau-Deguigne, pharmacien.

Ces produits sont composés notamment de gluthation, et de facteur de croissance épidermique (EGF), substances par ailleurs vantées sur le web respectivement pour leurs effets "détox" et rajeunissant. Interrogé par Allodocteurs.fr, le docteur Antoine Petit, dermatologue à l'Hôpital Saint-Louis de Paris précise qu'"il s'agit  d'un élément chimique appartenant à la famille des protéines, un antioxydant qui diminue la formation des pigments et atténue le transfert des pigments vers les cellules de l'épiderme. Ses effets s'apparentent à un traitement anti-tâches."

Le gluthation est à distinguer d'autres substances couramment utilisées pour le blanchiment de la peau comme le clobétasol, "un corticoïde qui peut causer d'importantes tâches sur la peau ou encore des vergetures", ajoute le docteur Petit.

La sécurité des produits mal documentée

L'ANSM précise que la nature des incidents rapportés et les risques que font courir ces produits injectables, pour lesquels il n'y a pas de données permettant de s'assurer de leur sécurité et de la qualité de leur fabrication, "caractérisent un danger grave pour les utilisateurs".

Ces produits sont donc suspendus jusqu'à leur mise en conformité avec le législation et la réglementation sur le médicament, selon cette décision.

Vous êtes à nouveau en ligne