La santé mentale des étudiants en médecine en question

(60591853)

Un quart des étudiants en médecine déclarerait souffrir de dépression, selon une enquête en ligne présentée ce 13 juin par l'Isni, le principal syndicat d'internes.

Afin de mesurer l'état de santé mental des étudiants et jeunes soignants, et de proposer des améliorations pendant leur formation, quatre syndicats d'étudiants et jeunes médecins (Anemf, Isnar-IMG, ISNCCA et l'Isni initiateur de l'enquête) ont recueilli les réponses de près de 22.000 d'entre eux à un questionnaire en ligne entre le 31 janvier et 1er avril 2017.  

Les résultats sont édifiants : 66,2% des sondés déclarent souffrir d’anxiété et 27,7% de dépression. Plus grave encore, 23,7% ont eu des idées suicidaires dont 5,8% dans le mois précédent l'enquête.

Si 73,3% des répondants estiment avoir le soutien de leurs pairs, ils ne sont que 49,3% à affirmer avoir celui de leurs supérieurs hiérarchiques, un chiffre qui grimpe à 61,5% parmi les internes. Ils sont également 10,8% à déclarer avoir subi des violences psychologiques et 33,5% à juger l'encadrement insuffisant. Enfin, seulement 15,5% ont eu une visite en médecine du travail il y a moins d'un an, alors que 54,7% n'en ont jamais eue.

Pour un meilleur suivi des étudiants

Les quatre organisations syndicales, qui avancent plusieurs propositions pour prévenir les risques psychosociaux, souhaitent rendre obligatoire et systématique la visite d'aptitude en service de santé pour tous les jeunes médecins à chaque changement de statut (externe, interne, assistant).

Parmi leurs autres recommandations figure la formation des médecins au management, en particulier quand ils prennent leurs fonctions. Les syndicats souhaitent également le développement de temps d'échanges "réguliers" des jeunes médecins avec des professionnels qualifiés dans la relation médecin-patient pour évoquer par exemple la mort inattendue d'un patient. Enfin, ils rappellent que "le respect de la réglementation du temps de travail et du repos de sécurité est indispensable dans la prévention des risques psychosociaux".

"Il est nécessaire de renforcer les contrôles et les sanctions en cas de non-respect du temps de travail", soulignent-ils.

avec AFP