Santé : le cri d'alarme des pédiatres en Île-de-France

France 2

Les personnels des hôpitaux manifestent à Paris, mardi 17 décembre, pour alerter sur leur situation. Ces dernières semaines, faute d'effectifs et en pleine épidémie de bronchiolite, des hôpitaux franciliens n'ont pas pu prendre en charge tous les enfants.

La situation est grave. La pédiatrie en hôpital public est en danger. Le déclic de la mobilisation des pédiatres, c'est l'épidémie de bronchiolite et les services de réanimation d'Île-de-France qui ne peuvent plus accueillir de nourrissons. "Il y en a une dizaine à Rouen (Seine-Maritime), sinon ils sont également à Orléans (Loiret), Amiens (Somme) et Caen (Calvados) (...) loin de Paris", explique Noëlla Lodé représentante des services mobiles d'urgence et de réanimation (Smur) d'Île-de-France.

25 transferts au total contre 3 l'an dernier

Le pédiatre Loïc de Pontual, basé à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a dû annoncer aux parents d'un bébé de 1 mois qu'il serait hospitalisé à Rouen. "Ça veut dire transférer l'enfant avec un camion de Samu qui va mettre deux heures pour arriver à Rouen. Ça veut dire que le papa reste avec les autres enfants à la maison, que la maman va passer 5-6 jours à l'hôpital de Rouen", confie-t-il, inquiet. Dans d'autres régions, la situation est aussi compliquée. 25 transferts ont ainsi eu lieu en 2019, contre seulement 3 l'an dernier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne