Plus de 550 noyades ont causé la mort de 121 personnes sur un mois en France

Des panneaux participent à la prévention des risques et en particulier des risque de noyade a proximité du Lac Achard au sud de Strasbourg
Des panneaux participent à la prévention des risques et en particulier des risque de noyade a proximité du Lac Achard au sud de Strasbourg (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

Selon l'enquête Noyades 2018 de Santé publique France, plus de la moitié des noyades sont d'origine accidentelle et peuvent donc être évitées.

Au total, 552 noyades ont eu lieu en France entre le 1er juin et le 5 juillet 2018, selon les premiers résultats de l'enquête Noyades 2018 de Santé publique France publiée jeudi 12 juillet. Elles ont causé la mort de 121 personnes, soit une personne sur cinq. Selon cette enquête, plus de la moitié des noyades sont d'origine accidentelle (257). Elles sont survenues pour l'essentiel en mer (103) ou en piscine privée ou publique (70). Parmi ces noyades accidentelles, 50 (19%) ont été suivies d'un décès. 

La proportion de noyades accidentelles ayant entraîné la mort augmente avec l'âge : elle est de 9% chez les moins de 6 ans contre 37% chez les 65 ans et plus. Santé publique France précise qu'un quart des noyades en mer (26%) concerne des personnes âgées de 65 ans et plus. Et pour un tiers (33%), ce sont des personnes de 6 à 25 ans.  

Manque de surveillance, malaise ou imprudence

En un mois, six enfants de moins de 6 ans sont morts noyés, dont trois en piscine privée familiale. Sur la même période, 13 personnes de plus de 65 ans ont perdu la vie lors d'une noyade, la quasi-totalité en mer (12).  

L'établissement public souligne que la plupart des accidents impliquant des enfants est due à un manque de surveillance, à un défaut de dispositif de sécurité, ou encore à une chute. En ce qui concerne les adultes, les noyades se produisent principalement à la suite d'un malaise, d'une imprudence ou tout simplement du fait de ne pas bien savoir nager. En 2016, le Baromètre santé de l'agence publique avait mis en exergue que près d'un Français sur six déclarait ne pas savoir nager.  

Moins de 3 min et 20 cm d'eau 

En ce début de vacances d'été, Santé publique France rappelle que la prévention reste le premier moyen de protection contre les noyades accidentelles. Des gestes simples peuvent permettre de les éviter. Ainsi, quel que soit le lieu de l'activité nautique, que ce soit en mer, en lac, ou en piscine, un enfant doit toujours être surveillé par un adulte.

En moins de trois minutes, un enfant peut se noyer sans bruit dans 20 centimètres d'eau. Le port de brassards est fortement conseillé. L'agence conseille d'apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible, dès 4 ou 5 ans, selon les capacités de l’enfant, et pour tous dès l'âge de 6 ans.  

Ne pas surestimer son niveau de natation

Cet été, il est donc primordial de choisir les zones de baignade surveillées, et de tenir compte de sa forme physique, sans surestimer son niveau de natation. "Un baigneur attentif est un baigneur en sécurité", affirme Santé publique France qui préconise enfin de ne pas s’exposer longtemps au soleil, de rentrer dans l’eau progressivement, de ne pas boire d’alcool avant la baignade, et de se former aux gestes de premiers secours.  

*Baptisée Noyades 2018, l'enquête de l'agence publique porte sur toutes les noyades survenues entre le 1er juin et le 30 septembre 2018 en France métropolitaine et dans les Dom/Tom. Elle recense toutes les noyades, qu'elles soient accidentelles, suicidaires ou criminelles, ayant nécessité une prise en charge hospitalière ou suivies d'un décès.

Vous êtes à nouveau en ligne