VIDEO. En 2050, l'antibiorésistance pourrait être l'une des premières causes de mortalité au monde

BRUT

Le chercheur en génétique Didier Mazel explique pourquoi il est important de limiter au maximum sa consommation d'antibiotiques.

"L'antibiorésistance, c'est le fait que les bactéries soient résistantes, soient devenues résistantes aux antibiotiques qu'on utilise pour traiter les infections bactériennes", explique le chercheur en génétique Didier Mazel. En effet, si les bactéries réussissent à résister aux antibiotiques, c'est grâce à leur capacité d'adaptation. Les bactéries ont la capacité de pouvoir échanger des morceaux de chromosomes entre espèces bactériennes différentes. Les bactéries utilisent donc cette propriété pour évoluer de façon extrêmement rapide et s'adapter à toute sorte de menace. "Les bactéries ont utilisé cette propriété pour échanger des gènes à grande échelle et pouvoir résister à tous les antibiotiques qu'on utilise actuellement en clinique", explique le chercheur.

Un traitement indispensable dans certains cas

Problème : les antibiotiques sont primordiaux en chirurgie. "Avant, les chances de succès des opérations lourdes étaient faibles et maintenant, ça a permis le développement de toute une chirurgie de pointe qui a besoin, elle, des antibiotiques pour pouvoir atteindre le succès espéré", développe Didier Mazel.
Pour lutter contre l'antibiorésistance, il faut limiter au maximum sa consommation d'antibiotiques. "Quand on utilise des antibiotiques et qu'on en a pas besoin pour traiter une infection, on va donner une chance aux bactéries résistantes de pouvoir se développer", conseille le chercheur en génétique.

En 2050, l'antibiorésistance pourrait être l'une des premières causes de mortalité au monde.

Vous êtes à nouveau en ligne