Vaccination obligatoire : "C'est au médecin de décider si l'enfant est capable de recevoir autant de vaccins"

franceinfo

La députée européenne EELV, Michèle Rivasi, est contre l'augmentation du nombre de vaccins obligatoires voulue par le gouvernement. Selon elle, ce n'est pas à des experts "payés par les laboratoires pharmaceutiques" de décider, mais au médecin.

Invitée de franceinfo lundi 24 juillet, la députée EELV Michèle Rivasi s'est interrogée sur l'augmentation du nombre de vaccins obligatoires pour la petite enfance voulue par le gouvernement à partir de 2018.

Michèle Rivasi soutient l'association Autisme vaccination, qui compte, selon Le Parisien, lancer une action de groupe contre quatre laboratoires pharmaceutiques (Sanofi, Pfizer, Eli Lilly et GlaxoSmithKline). La députée européenne EELV estime que des études indépendantes doivent être menées sur les liens entre vaccination et autisme en France et demande qu'en terme de vaccination, le dernier mot revienne au médecin. 

franceinfo : Pourquoi soutenez-vous cette action de groupe ?

Michèle Rivasi : Je suis pour les vaccins, mais je me pose des questions sur cette obligation vaccinale qu'a lancée notre ministre de la Santé, alors que ce n'était pas du tout dans le programme de M. Macron. Je soutiens donc cette action en justice parce qu'elle permettra peut-être de savoir pourquoi il y a une augmentation aussi importante de l'autisme. Est-ce que c'est dû à cette vaccination très importante qui est faite en France ? Est-ce que c'est dû aux adjuvants à base d'aluminium ? Il y a aussi du mercure et des nanoparticules dans les vaccins. Or, aucune étude n'est faite.

Vous défendez la recommandation à la place de l'obligation vaccinale ?

Exactement. Je suis pour la liberté vaccinale. Il faut de la pharmaco-vigilance. Il faut que tout soit mis sur la table, avec des arguments scientifiques et non pas en obligeant les parents. Avec cette action en justice, les parents vont demander des comptes, ce qui est tout à fait légitime. Même les médecins devraient râler ! C'est à eux de décider si l'enfant est susceptible de recevoir autant de vaccins.

L'OMS indique pourtant que des centaines de milliers de morts sont évités grâce aux vaccins...

Bien sûr, il faut voir le nombre de décès dus à des maladies infectieuses que l'on évite (grâce aux vaccins), mais il faut regarder aussi le nombre de morts dus à la vaccination. A l'heure actuelle, il n'y a pas d'étude objective, sans lien avec les laboratoires pharmaceutiques, qui est faite. Dans les 15 pays européens qui ont mis en place la recommandation vaccinale et non pas l'obligation vaccinale, il n'y a pas plus de morts. Je vais voir la ministre vendredi et je vais lui dire que si on veut retrouver la confiance vis-à-vis de la vaccination, il faut que les experts, qui s'expriment sur la vaccination, ne soient pas des experts payés par les laboratoires pharmaceutiques. 

Vous avez à peu près 800 000 naissances par an et vous allez avoir 11 vaccins obligatoires. C'est le jackpot pour les laboratoires pharmaceutiques.

Michèle Rivasi, députée européenne EELV

à franceinfo