Plafonnement des prothèses et revalorisation des soins : ce que les nouveaux tarifs dentaires vont changer

Les dentistes demandent une revalorisation des soins courants supérieure à la proposition du ministère.
Les dentistes demandent une revalorisation des soins courants supérieure à la proposition du ministère. (CAROLINE BLUMBERG / MAXPPP)

Les tarifs des prothèses dentaires seront plafonnés et les actes de soins revalorisés, après un arbitrage approuvé par le gouvernement. Les syndicats de dentistes se disent "inquiets" et "en colère".

L'arbitrage est tombé. Les prothèses dentaires seront plafonnées et les tarifs des soins dentaires, ainsi que leur remboursement, seront revalorisés, a annoncé jeudi 9 mars la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Ces mesures sont issues d'un arbitrage mis en place le 7 février dernier, après l'échec des négociations entre le ministère, l'assurance maladie, et les syndicats. De 6 000 à 10 000 dentistes avaient manifesté contre cet arbitrage, le 3 mars dernier. Franceinfo revient sur les principales annonces faites par la ministre.

Les tarifs des prothèses seront plafonnées

D'après le ministère de la Santé, un nouveau plafond tarifaire maximal de la couronne céramo-métallique sera fixé à 550 euros en 2018 et diminuera jusqu'à 510 euros à partir de 2020. Le prix des prothèses n'est aujourd'hui pas plafonné, sauf pour les patients qui bénéficient de la CMU.

En parallèle, le gouvernement annonce une "augmentation de la base de remboursement des couronnes", qui passera de "107,5 euros à 120 euros en 2019". L'objectif du ministère est de "réduire le reste à charge des patients", explique son communiqué.

De nouveaux tarifs en cas de CMU complémentaire

Pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), les "plafonds sont revalorisés". Par exemple, le prix d'une couronne métallique passera de 230 à 250 euros maximum. Par ailleurs "la prise en charge complète est étendue à des actes supplémentaires".

Un arrêté étendra ces plafonds aux bénéficiaires de l'aide à l'acquisition d'une couverture santé (ACS), "pour lesquels les tarifs étaient libres", précise le communiqué du ministère. Les patients seront toujours remboursés en totalité sur ces soins, dont la liste est définie par arrêté. Ces changements concernent donc le versement que fera l'assurance maladie au dentiste pour ces actes.

Les soins courants seront revalorisés

Le gouvernement annonce une revalorisation du tarif des "soins conservateurs" pour un coût évalué à 658 millions d'euros sur quatre ans. A titre d'exemple, un chirurgien-dentiste gagnera 67 euros en 2018 pour la restauration d'une dent sur un type de carie, contre 41 euros l'an passé.

La consultation avec un patient "atteint de handicap mental et/ou psychique sévère", plus longue et complexe, sera revalorisée de 60 euros.

Au total, "la revalorisation des actes pour les chirurgiens-dentistes s'élève à 273 millions d'euros, soit un gain moyen de 7 600 euros d'honoraires supplémentaires par chirurgien-dentiste libéral d'ici à 2021", assure le ministère. Mais ces annonces sont loin de satisfaire les dentistes. "Les tarifs sont en dessous de ceux proposés par l'assurance maladie", dénonce Patrick Solera, président de la FSDL (premier syndicat des dentistes), qui promet "de durcir les actions dans la rue".