L'UE reporte le vote sur le renouvellement de la licence du glyphosate

La proposition initiale de la Commission, faite l\'été dernier, portait sur une période de réautorisation de 10 ans.
La proposition initiale de la Commission, faite l'été dernier, portait sur une période de réautorisation de 10 ans.

Les Etats membres n’ont pas voté mercredi l’extension de l’utilisation de cet herbicide. La Commission va "réfléchir" et fixera "sous peu une nouvelle date de réunion".

Les représentants des Etats membres de l'UE, réunis dans un comité d'experts pour décider du sort du glyphosate, herbicide controversé dont la licence expire en décembre, n'ont finalement pas voté ce mercredi 25 octobre.  "Impossible de s'entendre sur la proposition de la Commission", a expliqué sur Twitter le ministère danois de l'Environnement à la sortie de la réunion du comité dont les débats se font toujours à huis clos. 

A lire aussi : Glyphosate : stop ou encore ?

C'est un nouveau rebondissement dans ce dossier. La veille du vote, la Commission du changement avait déjà provoqué la surprise en modifiant la durée du renouvellement soumis au vote : une période réduite de cinq à sept ans et non plus 10 comme annoncé cet été. L'instance déclare maintenant  qu'elle va "réfléchir" après avoir pris note des positions des différentes délégations. Elle fixera "sous peu" une nouvelle date de réunion.

Selon une porte-parole de la Commission, l'exécutif européen maintient son objectif de "trouver une solution qui bénéficie du soutien le plus large possible, qui assure un haut niveau de protection de la santé humaine et de l'environnement, en ligne avec la législation européenne et fondée sur les données scientifiques disponibles".

A lire aussi : Les dangers du glyphosate divisent la communauté scientifique

Il faut une majorité qualifiée -55% des Etats membres représentant 65% de la population- pour accepter ou rejeter la proposition de la Commission, difficile à atteindre sans les poids lourds démographiques de l'UE.  Plusieurs Etats membres, France, Autriche, Italie en tête, ont affirmé publiquement leur opposition à une autorisation valable pour encore 10 ans.

Mercredi matin, la Belgique a rejoint le camp des opposants. "On ne veut pas de délais trop longs", a expliqué à l'AFP le cabinet du ministre belge de l'Agriculture Denis Ducarme. Mardi, le Parlement européen avait voté en faveur d'une disparition progressive du glyphosate des sols de l'UE d'ici fin 2022.

Avec AFP

Vous êtes à nouveau en ligne