Le déficit de la Sécu "plus faible que prévu" pour l'année 2016

(JIRI HERA / 54100942)

Le déficit de la Sécurité sociale devrait se réduire en 2016, à 9,1 milliards d'euros, un chiffre en amélioration de 600 millions par rapport aux prévisions du gouvernement, selon le rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS), consulté ce 6 juin par l'AFP.

Les déficits cumulés du régime général (vieillesse, accidents du travail, maladie, famille) et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) passeront bien sous la barre des 10 milliards d'euros, comme escompté par le gouvernement dans son budget pour 2016.

Le solde des branches vieillesse (retraites) et AT-MP (accidents du travail) est attendu en excédent, "pour la première fois depuis de nombreuses années", à 500 millions d'euros chacune.

Le déficit de la branche maladie, également en diminution, s'établira à 5,2 milliards d'euros en 2016 (contre 5,8 milliards en 2015) malgré une limitation historique des dépenses de santé. C’est un milliard de mieux que les prévisions votées à l'automne dans le budget de la sécurité sociale.

La branche famille poursuivrait également "son redressement sous l'effet des mesures d'économies réalisées" notamment grâce à la modulation des allocations familiales entrée en vigueur l'année dernière. Son déficit se réduirait ainsi de 500 millions d'euros par rapport à 2015, pour atteindre désormais 1 milliard.

Dix milliards d'économies sur trois ans

Au total, d'ici à 2017, plus de dix milliards d'euros d'économies sont demandés à l'Assurance maladie dans le cadre d'un plan triennal qui mise notamment sur le développement de l'ambulatoire (moins d'hospitalisations, plus de soins en ville) et des génériques.

Mais les professionnels de santé, notamment à l'hôpital, s'inquiètent de voir leurs marges de manoeuvre se réduire drastiquement, tandis que certains coûts, comme ceux des médicaments innovants contre l'hépatite C ou le cancer, explosent. Autre point noir : la Commission ne prévoit pas de réduction du déficit du Fonds solidarité vieillesse (FSV), qui sert à payer les cotisations retraite des chômeurs. Il resterait ainsi à un niveau élevé de -3,9 milliards d'euros, identique à 2015, un chiffre supérieur de 200 millions aux prévisions du budget, en raison "d'une baisse de ses recettes (-1,8%) plus forte que celle de ses dépenses (-1,3%)".

Le ministre des Finances Michel Sapin a rappelé ce 6 juin que le retour du déficit public sous la barre des 3% en 2017 était un objectif "intangible".

Le déficit de la Sécurité sociale est l'une des trois composantes du déficit public, avec le budget de l'État et les comptes des collectivités locales.