Bâtiment : un artisan sur deux fatigué et stressé

53% des artisans du bâtiment se sentent fatigués et stressés. C'est ce qui ressort du deuxième baromètre ARTI Santé BTP publié il y a quelques semaines. Ces travailleurs du BTP passent leurs journées à travailler sur des chantiers, à porter des charges lourdes et à rester de longs moments dans des positions inconfortables. Leur santé est mise à rude épreuve.

Parmi les 240.000 artisans du bâtiment en France, ils sont nombreux à être également chefs d'entreprise. C'est le cas de Thierry Gesset-Parment. A 47 ans, il est couvreur, à la tête d'une petite entreprise du bâtiment de cinq salariés. Entre les visites de chantiers, la recherche de futurs clients et la gestion des payes et des factures, il n'a pas une minute à perdre. Horaires à rallonge, fatigue, stress… le contexte économique et les responsabilités pèsent lourds sur sa santé. "Est-ce qu'on va pouvoir avoir des chantiers les mois à venir pour les salariés ? Est-ce qu'on va pouvoir payer nos charges à la fin du mois ? Être chef d'entreprise, c'est quasiment du 24 heures sur 24. Et il n'y a pas que la journée de travail, il y a aussi la nuit… On pense que tout se passe bien, on pense qu'on est des surhommes et à la fin on…", confie Thierry.

Il y a deux ans, ce chef d’entreprise a craqué. Après plusieurs mois de travail acharné entre 6 heures et 23 heures, 7 jours sur 7, il prend finalement des vacances avec sa femme et un jour, au réveil, elle remarque une anomalie sur son visage. "Il avait un œil qui ne se fermait pas, il n’a pas voulu l'entendre et après je lui ai dit : ça n'est pas que ton œil, c'est aussi ta bouche", raconte Brigitte Gesset-Parment, la femme de Thierry. Il s'agissait en fait d'une paralysie faciale dont l'origine reste encore inexpliquée. Aujourd'hui, Thierry va beaucoup mieux et depuis cet épisode difficile, il a décidé de lever le pied pour préserver sa santé.

Mais beaucoup d'artisans du bâtiment ne peuvent pas toujours faire de même. Le deuxième baromètre ARTI Santé BTP, réalisé par la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), la Chambre nationale de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), la Chambre nationale de l'artisanat des travaux publics et du paysage (CNATP) et l'Institut de recherche IRIS-ST, révèle que beaucoup d'artisans du BTP ont un état de santé physique et psychologique très fragile. 53% d'entre eux déclarent être souvent voire très souvent stressés et 43% ont un suivi médical irrégulier voire inexistant.

Selon Dr Pascal Perrot, médecin conseil au régime social des indépendants (93) : "Les artisans ne bénéficient pas de médecine du travail donc ils n'ont pas de suivi et peuvent passer une vie entière de labeur sans voir de médecin. Ce sont des gens qui sont durs à la tâche, très occupés et pour lesquels la santé et leur santé n'est pas une priorité".

Pourtant, les artisans du BTP sont particulièrement exposés aux risques de chutes, de brûlures, de troubles musculo-squelettiques (TMS) et aux problèmes respiratoires. Et dans le secteur du bâtiment, un accident du travail survient toutes les trois minutes.

Pour sensibiliser ces artisans aux risques, une consultation médicale gratuite a été mise en place par leur organisme de protection sociale...