Nord : une étude pour prouver les effets des perturbateurs endocriniens sur la santé

La ville de Grande-Synthe, dans le Nord, a mis en place une étude sur ses habitants afin de déterminer le rôle négatif des perturbateurs endocriniens sur la santé.

Une mèche de cheveux pour faire avancer la science. Tout ce que nous consommons y laisse une trace. A Grande-Synthe (Nord), une étude vise à déceler celle de perturbateurs endocriniens dans la chevelure des habitants. Ces substances chimiques sont très présentes dans nos vies et sont pourtant méconnues. Phtalates, parabens, halogénophénols : ces noms à rallonge se cachent fréquemment parmi les composants de nos produits préférés.

Les résultats publiés en juin

Ces substances ont des conséquences sur la santé, mais peu d'études s'y intéressent. Pour le médecin Éric Verlet, l'enquête devrait aider à prouver leur dangerosité. Il s'interroge notamment sur l'augmentation de cancers du sein chez les femmes jeunes. Ce test sera le plus grand jamais réalisé en France : 400 échantillons seront analysés. Le maire de la ville compte ainsi interpeler l'État. L'étude se terminera en janvier, les résultats sont attendus pour juin 2018.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne