Moustique, guêpe, tique... Comment soigner les bobos de l'été à la campagne

Une abeille (à g.) et une guêpe (à dr.).
Une abeille (à g.) et une guêpe (à dr.). (TIM GRAHAM / GETTY IMAGES)

Quand les beaux jours arrivent, les bestioles qui piquent ne sont pas loin. Conseils aux vacanciers avant de batifoler dans les prés et les forêts.

L'été, nos amies les bêtes, dont on envahit l'habitat naturel, nous empêchent de pique-niquer en rond. Leurs piqûres ou morsures ne sont pas rares et même si elles sont souvent sans gravité, on ne sait pas toujours comment réagir. Conseils.

J’ai été piqué par un moustique (ou je veux y échapper)

Dehors : c’est l’ennemi numéro 1 dès que la température monte, surtout près des plans d’eau, lacs, mares ou simples pots de fleurs. Evitez de vous enduire de crème ou de parfum, et ne portez pas de vêtements de couleurs sombres ou vives, qui ont tendance, comme la sueur, à attirer les moustiques. Ces insectes sortent en bande au coucher du soleil, donc soyez vigilants, surtout avec des enfants. Pour profiter de votre terrasse sans vous faire dévorer, procurez-vous des bougies à la citronnelle, des bâtons d’encens aux huiles essentielles répulsives, ou encore des spirales à brûler. Les applications anti-moustiques pour smartphones, qui prétendent les éloigner à coup d’ultrasons, n’ont jamais démontré leur efficacité.

Dedans : pour les éloigner sans vous asphyxier à la bombe insecticide, au spray anti-moustiques ou respirer les effluves chimiques d’un diffuseur électrique pendant votre sommeil, la liste des répulsifs naturels est longue : basilic, citronnelle, géranium, huile essentielle d’eucalyptus citronné (à diffuser ou à mélanger à votre crème, par exemple, sauf si vous êtes enceinte)… Impossible cependant de leur échapper, sauf la nuit, en installant une moustiquaire imprégnée autour du lit, surtout celui des enfants. Vous pouvez aussi isoler vos fenêtres de la même manière, des kits spéciaux sont en vente dans les magasins de bricolage.

Trop tard : ne nous voilons pas la face : puisque les moustiques finissent toujours par gagner, soulagez vos démangeaisons en appliquant une rondelle de citron, d’oignon, en frottant avec du vinaigre ou de l’huile essentielle de lavande aspic. En cas d’allergie, un traitement préventif d'antihistaminiques peut être prescrit par un médecin et on peut appliquer une pommade corticoïde à l’endroit des piqûres.

J’ai été attaqué par une guêpe

Une abeille (à g.) et une guêpe (à dr.).
Une abeille (à g.) et une guêpe (à dr.). (TIM GRAHAM / GETTY IMAGES)

Les hyménoptères aussi profitent des beaux jours et de nos déjeuners sur l’herbe. Et notamment l’abeille et la guêpe, qui peuvent vous foncer dessus malgré les bons conseils de ceux qu’elles épargnent ("Ne bouge pas ! Tu vas l’énerver !").Seule l’abeille abandonne son aiguillon lorsqu’elle pique, et surtout sa glande à venin, qui continue de diffuser le poison. Retirez-donc précautionneusement le tout le plus vite possible. Puis, dans tous les cas, abeille, guêpe ou frelon, approchez une flamme ou l’extrémité d’une cigarette de l’endroit piqué. Leur venin est thermolabile, c’est-à-dire que la chaleur le détruit. Désinfectez ensuite la plaie, puis appliquez de la glace. Si l’œdème et la douleur persistent, il y a peut-être une infection : consultez un médecin.

Si l’abeille a piqué dans la bouche ou la gorge, ou si la victime gonfle, transpire, ressent des vertiges ou des nausées, couchez-la, surélevez ses jambes et appelez les pompiers (18) ou le Samu (15). Si la personne piquée se sait allergique, elle a sûrement de la cortisone ou un antihistaminique à portée de main. A noter que, tout comme les moustiques, le parfum et les couleurs vives attirent les abeilles et les guêpes.

J’ai été squatté par une tique

Les tiques, véritables vampires planqués dans les prairies ou les forêts, guettant l’enfant qui se roule dans l’herbe, le campeur sauvage ou le ramasseur de champignons, peuvent transmettre de nombreuses maladies. Celle de Lyme notamment, qui touche plusieurs milliers de personnes en France chaque année. Cette maladie peut provoquer la paralysie et entraîner la mort si elle n’est pas traitée à temps.

Une fois sa proie repérée, la tique cherche à planter son rostre dans les zones de peau humides, comme le pli du genou, l’aisselle, la partie située derrière l’oreille… et absorbe goulûment son sang. Visible à l’œil nu, d’autant plus qu’elle s’est goinfrée de votre liquide vital, la tique doit être retirée le plus rapidement et le plus précautionneusement possible à l’aide d’un tire-tique vendu en pharmacie. Si vous êtes au milieu de nulle part et que vous n’avez qu’une pince à épiler, faites bien attention à retirer toute la tique, y compris la tête, et à ne pas l’écraser. N’essayez pas d’étouffer la bestiole avec de l’alcool ou d’appliquer de la vaseline pour faciliter son retrait, cela la ferait régurgiter et multiplierait le risque de transmission de maladies.

Désinfectez ensuite la zone touchée et surveillez-la très attentivement pendant plusieurs semaines. Si une plaque rouge apparaît autour du point de piqûre et qu’elle s’élargit, ou que vous ressentez des maux de tête, de la fièvre, des douleurs musculaires, consultez un médecin. Il vous prescrira un traitement pour éviter le développement de la maladie de Lyme. Lorsque vous rentrez de promenade, examinez-vous sous toutes les coutures et n’oubliez pas de faire de même avec les enfants.

J’ai été mordu par un serpent

Une vipère, près de Cancale (Ille-et-Vilaine).
Une vipère, près de Cancale (Ille-et-Vilaine). (THIERRY MONTFORD / BIOSPHOTO / AFP)

Pensez d’abord à vous protéger lorsque vous marchez en forêt ou dans des herbes hautes, en portant bottes ou chaussures montantes et pantalons. Pensez aussi à prendre un bâton, que vous utiliserez pour frapper le sol devant vous afin de faire fuir les reptiles. Les serpents aiment se cacher sous les pierres et dans les troncs d’arbres, alors évitez de farfouiller à ces endroits. Tous les serpents mordent, donc renseignez-vous sur la dangerosité de ceux que vous pourriez croiser à l’étranger. En France, la seule espèce venimeuse est la vipère. Sa morsure est douloureuse, mais rarement mortelle.

Si un reptile a attaqué l’un de vos amis, appelez les secours. Allongez la victime en position latérale, nettoyez la plaie et, si possible, appliquez un antiseptique et de la glace pour calmer la douleur. Ne faites pas comme dans les films : ne sucez pas la plaie pour aspirer l’éventuel venin, car vous n’êtes pas Superman : le venin vous ferait du mal à vous aussi. N’incisez pas non plus la morsure, ne posez pas de garrot (enlevez bagues, chaussettes ou montres) et n’injectez pas de sérum antivenin : il pourrait provoquer une allergie grave. A vrai dire, le mieux est de ne plus rien faire en attendant l’arrivée du Samu. Si vous êtes au milieu de nulle part, transportez la victime sans la faire marcher. A noter que les pompes antivenin (type Aspivenin) sont inefficaces pour les morsures de serpents.

Vous êtes à nouveau en ligne