Mort de Naomi Musenga

Le 29 décembre 2017, Naomi Musenga, une femme de 22 ans, est morte quelques heures après avoir appelé le Samu, à Strasbourg. Lors de cet échange téléphonique, les opératrices se sont moquées de la patiente, la renvoyant vers SOS Médecins.

L'attitude des secours pendant cet appel, dont l'enregistrement a été publié dans le journal local Heb'di, le 27 avril, fait polémique. Finalement hospitalisée, Naomi Musenga a fait deux arrêts cardiaques. Transférée en réanimation, elle est morte à 17h30 en raison d'une "défaillance multiviscérale sur choc hémorragique". Une enquête est en cours au sein des hôpitaux universitaires de Strasbourg pour faire la lumière sur les circonstances de sa mort. 
plus
Photo non datée de Naomi Musenga, diffusée par ses proches le 10 mai 2018. 

Mort de Naomi Musenga : la jeune femme "aurait pu être sauvée si on avait fait le diagnostic" de l'intoxication au paracétamol

Photo d\'illustration. Honorine Musenga, la mère de Naomi Musenga.

Mort de Naomi Musenga : "Ma fille ne doit surtout pas être oubliée, j'attends que justice lui soit faite"

Photo non datée de Naomi Musenga, diffusée par ses proches le 10 mai 2018. 

Mort de Naomi Musenga : ouverture d'une information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril"

Le parquet de Strasbourg a ouvert une enquête préliminaire mercredi 9 mai après la mort de Naomi Musenga.

Mort de Naomi : "Il y a un manque de professionnalisme dans la gestion de l'appel" selon le Samu de Haute-Savoie

VIDÉO. Affaire Naomi Musenga : pour ses proches, "l'hôpital de Strasbourg planque tout ce qui l'accuse"

Photo non datée de Naomi Musenga rendue publique par l\'avocat de sa famille.

Mort de Naomi Musenga : "Les procédures n'étaient pas respectées, comme elles ne sont pas respectées dans d'autres Samu"

Marche en hommage à Naomi Musenga à Strasbourg, le 16 mai 2018.

"Aucun manquement en ce qui me concerne" : le directeur des hôpitaux de Strasbourg se félicite du rapport de l'Igas après la mort de Naomi Musenga

Photo non datée de Naomi Musenga, diffusée par ses proches le 10 mai 2018. 

Affaire Naomi : le Samu de Strasbourg mis en accusation

Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Blois.

Mort de Naomi Musenga : le chef du Samu de Strasbourg démissionne

Photo non datée de Naomi Musenga, diffusée par ses proches le 10 mai 2018. 

Mort de Naomi Musenga : le Samu de Strasbourg mis en cause par un rapport accablant

Photo non datée de Naomi Musenga, diffusée par ses proches le 10 mai 2018. 

Mort de Naomi Musenga : le responsable du Samu de Strasbourg démissionne

Un service d\'urgences en mars 2018, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Racisme, homophobie, grossophobie... Après la mort de Naomi Musenga, des associations lancent un questionnaire sur les discriminations dans le monde médical

Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Blois.

Samu : deux nouvelles plaintes

Un homme est transporté à l\'hôpital par le Samu et les pompiers, devant la gare de Lyon, à Paris, le 4 avril 2018.

Mulhouse : deux plaintes déposées contre le Samu pour non-assistance à personne en danger

Photo d\'illustration des urgences en milieu hospitalier.

"D'habitude, les gens comme vous se roulent par terre" : patients et médecins dénoncent les préjugés racistes du monde médical

"D'habitude, les gens comme vous se roulent par terre" : patients et médecins dénoncent les préjugés racistes du monde médical

Les parents de Naomi Musenga donnent une conférence de presse, le 9 mai 2018 à Strasbourg (Bas-Rhin).

Mort de Naomi Musenga : les parents veulent des réponses

La ministre de la Santé Agnès Buzyn, en visite au Samu 94 de l\'hôpital Henri Mondor, à Créteil, le 18 mai 2018.

Mort de Naomi Musenga : la ministre de la Santé dit avoir connaissance d'une "dizaine d'affaires" similaires

C\'est l\'hypothermie qui a sauvé l\'homme de 53 ans, retrouvé en arrêt cardiaque au bord de l\'Orb, à Béziers.

Urgences : "L'effondrement du système" impose "des changements radicaux"

Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Blois.

Réforme des urgences : les premières propositions

La famille de Naomi Musenga, accompagnée de l\'avocat Mohamed Aachour, le 10 mai 2018 à Strasbourg.

L'hôpital "se retranche derrière l'enquête de l'Igas pour ne pas répondre", selon l'avocat de la famille de Naomi Musenga

La ministre de la Santé Agnès Buzyn, en visite au Samu 94 de l\'hôpital Henri Mondor, à Créteil, le 18 mai 2018.

Mort de Naomi Musenga : la ministre de la Santé dit avoir connaissance d'une "dizaine d'affaires" similaires

Les parents de Naomi Musenga donnent une conférence de presse, le 9 mai 2018 à Strasbourg (Bas-Rhin).

Strasbourg : les parents de Naomi Musenga toujours sans réponse sur la mort de leur fille

Un véhicule du Samu (Service d\'aide médicale d\'urgence), en mars 2017.

SAMU : le bon exemple toulousain

Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Blois.

Loir-et-Cher : des parents portent plainte contre le Samu après la mort de leur fils en 2014

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, en visite au centre des appels du Samu du Val-de-Marne, le 18 mai 2018.

Agnès Buzyn en visite au centre d'appel du Samu : "Au téléphone, on a 1 min 30 pour déceler une urgence"

Photo d\'illustration des urgences en milieu hospitalier.

Tours : deux personnes âgées meurent dans la salle d'attente des urgences en quinze jours, le personnel "choqué"

Le CHU de Saint-Etienne (Loire), le 18 novembre 2015.

Saint-Etienne : une femme enceinte meurt d'une crise cardiaque après un appel au Samu, le parquet ouvre une enquête

La sœur et les parents de Naomi Musenga, accompagnés de leur avocat, lors d\'une conférence de presse à Strasbourg (Bas-Rhin), le 10 mai 2018. 

Mort de Naomi : des marches blanches pour lui rendre hommage

Photo non datée de Naomi Musenga rendue publique par l\'avocat de sa famille.

Mort de Naomi Musenga : trois marches blanches sont organisées mercredi

123