Tentative d'escroquerie dans une pharmacie à Nantes : "C'est le quotidien", selon l'Ordre des pharmaciens

Des médicaments dans une pharmacie. (Illustration). 
Des médicaments dans une pharmacie. (Illustration).  (VALENTINE CHAPUIS / MAXPPP)

Invité de franceinfo, Pierre Béguerie de l'Ordre des pharmaciens a réagi à la tentative d'escroquerie avec une fausse ordonnance à Nantes. "Notre vœu le plus fort c'est qu'on arrive à mettre en place la prescription électronique", a-t-il précisé.

"Les fausses ordonnances, c'est le quotidien des pharmaciens", assure à franceinfo Pierre Béguerie, le président du conseil central de la section A, représentant les pharmaciens titulaires d'une officine, de l'Ordre des pharmaciens. Il réagissait à la tentative d'escroquerie avec une fausse ordonnance, mardi 18 février à Nantes (Loire-Atlantique). "Nous les pharmaciens, nous avons une obligation de vigilance. C'est une obligation déontologique", a-t-il précisé.

Des vérifications avant de délivrer les médicaments

Selon Pierre Béguerie, les pharmaciens doivent analyser les ordonnances pour vérifier que le traitement corresponde bien à une pathologie et au patient. Les prescriptions doivent avoir différents éléments bien précis. "Est-ce que la molécule réclamée fait l'objet de détournement fréquent ?", s'est demandé aussi Pierre Béguérie. "Tout ça, ça peut nous donner la puce à l'oreille", a-t-il raconté. Ce qui est nouveau à Nantes, c'est que les produits demandés sont chers et allaient sans doute alimenter un circuit parallèle.

"Il y a un pharmacien à tous les niveaux de la chaîne"

Les pharmaciens luttent contre ces fausses ordonnances en travaillant avec les médecins, ceux des agences régionales de santé comme ceux de l'Ordre des médecins. Il existe un système d'alerte pour prévenir des vols d'ordonnancier. "Le système de la pharmacie française est ainsi fait qu'il y a un pharmacien à tous les niveaux de la chaîne", a affirmé Pierre Béguerie. Du laboratoire aux officines en passant par les grossistes, tous les pharmaciens alertent les autres.

Lutter encore plus efficacement contre les fausses ordonnances passe par le numérique. "Notre vœu le plus fort c'est qu'on arrive à mettre en place la prescription électronique", conclut-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne