Pharmacie : les autotests sont-ils fiables ?

Une enquête de 60 millions de consommateurs remet en cause la fiabilité des autotests vendus en pharmacie.

Le magazine 60 millions de consommateurs a passé au crible plus d'une dizaine de tests. Outre le fameux test de grossesse, depuis quelques années l'offre s'est considérablement étoffée. On trouve de tout dans les rayons des pharmacies : des autotests sur les allergies, sur les infections urinaires, les carences en fer, le tétanos, l'infertilité ou encore sur le cancer de la prostate… Au total, une vingtaine de tests sont vendus sans ordonnance.

Deux autotests efficaces sur vingt

Selon 60 millions de consommateurs, sur ces vingt tests, seulement deux sont utiles et efficaces. Le premier de ces tests est celui de l'autodiagnostic du sida. Le principe est simple : on pique le bout de son doigt pour recueillir une goutte de sang, puis on repose l'auto-piqueur sur un support et au bout de quinze minutes, le résultat apparaît.

L'inquiétude avec cet autotest concernait la réaction du patient qui découvre seul dans son salon qu'il est porteur du VIH, mais les choses ont été pensées en amont. Il existe un partenariat avec Sida Info Service, une plateforme joignable sept jours sur sept, 24 heures sur 24. Et manifestement, cela fonctionne. Selon les spécialistes, ce test répond à un réel problème de santé publique. En France, on estime que 20% des séropositifs s'ignorent. Soit par peur d'aller se faire dépister, soit parce qu'ils habitent loin d'un centre de dépistage.

L'autre autotest plébiscité par 60 millions de consommateurs est l'autotest pour le diabète de type 1. Ces tests permettent aux diabétiques de type 1 de surveiller leur glycémie pour ajuster leurs injections d'insuline. Il ne s'agit pas d'un autodiagnostic au sens strict, ce test ne permet pas de savoir si on est diabétique ou non. C'est un outil de suivi pour les malades, très utile certes, mais ce n'est pas un outil de diagnostic.

Des tests coûteux et dangereux

Hormis ces deux tests, les autres relèvent de la foutaise. Au mieux, la dépense est inutile. Les tests coûtent entre 10 et 30 euros, non remboursés. Et par exemple pour les allergies, le test ne sert à rien. Il faut absolument faire des tests en laboratoire qui, eux, sont remboursés. Certains tests peuvent même être dangereux, comme par exemple le test de dépistage de la maladie de Lyme. Il est difficile de diagnostiquer cette maladie. Et si le test est négatif, cela peut retarder la prise en charge avec des conséquences dramatiques.

De manière générale, mieux vaut éviter ces tests, qui ne sont pas considérés comme des médicaments mais comme des dispositifs médicaux et donc soumis à une réglementation beaucoup moins stricte. Et si vous en faites un, il faudra tout de même confirmer le résultat par une analyse classique en laboratoire. Et donc consulter un médecin…