Overdoses aux opioïdes : l'antidote existe mais reste trop difficile à se procurer

L\'antidote à base de naloxone pour stopper en urgence une surdose d\'opioïdes médicamenteux ou illicites est encore difficile à se procurer, dénonce l\'association France Patients Experts Addictions, le 31 août 2019. 
L'antidote à base de naloxone pour stopper en urgence une surdose d'opioïdes médicamenteux ou illicites est encore difficile à se procurer, dénonce l'association France Patients Experts Addictions, le 31 août 2019.  (LOIC VENANCE / AFP)

La procédure pour commander le Prenoxad, l'antidote pour stopper une overdose d'opioïdes, est "trop compliquée" pour les associations. 

L'antidote à base de naloxone pour stopper en urgence une surdose d'opioïdes médicamenteux ou illicites comme l'héroïne est encore très loin d'être facilement accessible à tous, ont dénoncé samedi 31 août l'association France patients experts addictions et plusieurs spécialistes.

Des kits d'antidotes prêts à l'emploi pour stopper l'overdose en attendant l'arrivée des secours sont actuellement commercialisés en France : une forme injectable en intramusculaire, le Prenoxad, depuis mai 2019, et un spray nasal, le Nalscue, depuis 2018. "La procédure pour commander le Prenoxad est trop compliquée, les pharmaciens doivent s'adresser directement au laboratoire. En pratique, il n'est pas vraiment à la disposition de tous", explique le Pr Michel Reynaud, président du Fonds actions addictions.

Une pharmacie sur quarante

"D'après un testing réalisé avec une association d'usagers de drogues, l'antidote n'était présent que dans une pharmacie sur quarante et les deux tiers des pharmacies ne connaissaient pas ce produit", relève Michel Reynaud.

La situation en France est certes sans commune mesure avec la crise des opioïdes aux Etats-Unis et leurs plus de 70 000 décès en 2017, selon le ministère de la Santé. Mais la tendance à l'augmentation des overdoses ces dernières années est préoccupante, en particulier celles dues à des médicaments antidouleurs, selon le Pr Nicolas Authier, de l'Observatoire français des médicaments antalgiques (Ofma)."Entre 2000 et 2015, les décès par overdoses d'opioïdes médicaments (hors héroïne et méthadone) sont passés de 75 à 200", dit-il et "c'est probablement une sous-estimation".

Vous êtes à nouveau en ligne