Médicaments sans ordonnance : pour la plupart inefficaces

Gélules, sachets, comprimés, sprays… En pharmacie, il existe une multitude de médicaments contre le rhume vendus sans ordonnance. Mais, pour Catherine Debelmas, pharmacienne dans les Hauts-de-Seine, ce sont avant tout des médicaments de confort.

"Ce sont des médicaments qui vont lutter contre le symptôme du rhume, c'est-à-dire l'écoulement nasal et la congestion de la sphère ORL. Mais, ce ne sont pas des médicaments qui vont soigner le rhume dans la mesure où le rhume est souvent une infection virale."

Parmi les anti-rhumes, une quinzaine d'entre eux est sur la sellette car ils contiennent de la pseudoéphédrine. Cette molécule permet de décongestionner le nez. Elle a un effet vasoconstricteur, qui diminue le diamètre des vaisseaux sanguins. Lorsque ceux-ci se resserrent, le système cardiovasculaire doit s'adapter. Le cœur bat plus vite. La tension artérielle augmente. Cela peut provoquer des problèmes cardiovasculaires, comme un infarctus ou un accident vasculaire cérébral.

Des pharmaciens qui ne sont pas toujours de bon conseil

En théorie, les pharmaciens devraient alerter leurs patients sur ces possibles effets secondaires. Selon Catherine Debelmas, "ce sont des produits qui sont dangereux dans certains cas. Nous, notre rôle, quand une personne vient soit en nous demandant une marque précise, soit en nous demandant un conseil sur la pathologie du rhume, c’est de lui poser un certain nombre de questions avant de délivrer ces médicaments".

Mais tous les pharmaciens ne sont pas aussi consciencieux. Yann Le Boulch en a fait l'amère expérience. Il y a deux ans, pour soigner son rhume, il achète des comprimés jour/nuit et un spray nasal. Son pharmacien ne l'informe pas des contre-indications et des effets secondaires. Après cinq jours de traitement, il se sent soudain très fatigué : "Je me sentais pas bien. J’avais des maux de tête très importants. Et puis soudain, plus d’image, je suis tombé dans les pommes. Ma compagne m’a retrouvé par terre dans ma maison en train de lutter pour respirer. A priori, je ne répondais plus quand elle me parlait. J’étais inconscient."

Le danger de la pseudoéphédrine

Yann est transporté à l’hôpital où il restera 48 heures. Pour son médecin, aucun doute : c'est la pseudoéphédrine, contenue dans le médicament anti-rhume, qui est en cause. Des cas comme celui de Yann sont rares, mais suffisamment graves pour que l'Académie de médecine réagisse. Elle souhaite que ces médicaments soient désormais délivrés sur ordonnance.

Selon Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue, membre de l'Académie de médecine, "le rapport efficacité-tolérance est très défavorable… Pour un nez qui coule, vous risquez un problème cardiovasculaire ou neurologique. Donc, pour traiter un simple rhume, c'est prendre un marteau pilon pour tuer une mouche". 

Alors si vous prenez froid cet hiver, évitez l'automédication, attendez patiemment que les symptômes passent et lavez-vous les mains régulièrement !
 


Source : "Se soigner sans ordonnance : 61 médicaments à la loupe", 60 millions de consommateurs, Hors-série, n°118S, janvier 2016.

plus