Levothyrox : Merck salue un "jugement équilibré et tout à fait fondé" du tribunal de Lyon

La justice a débouté mardi les 4 113 malades de la thyroïde qui avaient poursuivi Merck pour \"défaut d\'information\".
La justice a débouté mardi les 4 113 malades de la thyroïde qui avaient poursuivi Merck pour "défaut d'information". (MAXPPP)

Les 4 113 malades de la thyroïde qui avaient assigné le laboratoire pour "défaut d'information" sur la nouvelle formule du Levothyrox ont été déboutés par le tribunal d'instance de Lyon, mardi.

Le tribunal d'instance de Lyon a débouté mardi 5 mars les 4 113 malades de la thyroïde qui avaient assigné le laboratoire Merck pour "défaut d'information" autour du changement de formule du Levothyrox. Florent Bensadoun, directeur juridique de Merck, a salué sur franceinfo un "jugement équilibré et tout à fait fondé".

Selon lui, "le tribunal a retenu que Merck n'a pas manqué à son devoir d'information" et "reprend le fait que Merck a communiqué largement en respectant scrupuleusement le cadre règlementaire en vigueur". Florent Bensadoun a rappelé que l'entreprise "n'a pas le droit de communiquer et d'interagir directement avec les patients". Il assure donc que les laboratoires Merck ont "utilisé le canal qui est traditionnellement utilisé pour communiquer sur un médicament, qui est celui des professionnels de santé". Florent Bensadoum affirme que 300 000 communications ont été envoyées à environ 100 000 professionnels de santé, "toutes disciplines confondues".

Cependant, le directeur juridique de Merck reconnaît  qu"il y a eu "beaucoup d'émotion" autour du dossier Levothyrox. "Cette émotion, on l'entend et on la respecte pleinement. La position de Merck par rapport à ce jugement ne vise en aucun cas à nier le ressenti des patients."

Vous êtes à nouveau en ligne