Ce que changerait un déremboursement de l'homéopathie, recommandé par la Haute autorité de santé

La Haute Autorité de santé a rendu public, le 28 juin 2019, un avis définitif préconisant le déremboursement de l\'homéopathie. 
La Haute Autorité de santé a rendu public, le 28 juin 2019, un avis définitif préconisant le déremboursement de l'homéopathie.  (GARO / PHANIE / AFP)

Dans un avis définitif publié vendredi, la Haute autorité de santé estime que l'homéopathie ne doit plus être remboursée par la Sécurité sociale car son efficacité n'est pas prouvée.

C'est la fin du processus d'évaluation scientifique de l'homéopathie. La commission de la transparence de la Haute autorité de santé (HAS) a rendu public, vendredi 28 juin, son avis définitif sur le sujet, et il est sans appel : l'homéopathie ne doit plus être remboursée par la Sécu car son efficacité n'est pas prouvée. La décision finale dépend désormais du gouvernement mais la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a affirmé à plusieurs reprises qu'elle suivrait l'avis de la HAS. 

Actuellement, certaines préparations homéopathiques sont remboursées à hauteur de 30% par l'assurance maladie, ce qui a représenté un total de 126,8 millions d'euros en 2018. Quelles seraient les conséquences d'un déremboursement ? Franceinfo fait le point. 

Une augmentation du prix des produits homéopathiques 

Les patients qui ont recours à l'homéopathie vont devoir mettre la main au porte-monnaie. Mais dans quelle proportion ? Tout dépend de la décision du gouvernement : il peut opter pour un déremboursement complet ou couper la poire en deux et baisser le taux de remboursement de 30% à 15%. Cette éventualité a d'ailleurs été évoquée par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. 

"En mettant la vignette orange à 15%, on reste sur des prix réglementés", explique Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine, sur Europe 1L'avantage dans ce cas, c'est que la ministre peut dire : 'j'ai déremboursé l'homéopathie, mais en contrepartie je ne laisse pas la liberté aux laboratoires de multiplier les prix par quatre'."  

Actuellement, le prix d'un tube de granules homéopathiques se situe autour de 2 euros en France. En Italie, où ces produits ne sont pas du tout remboursés, ils peuvent coûter jusqu'à 8 euros. 

D'autre part, si un déremboursement total était décidé, les mutuelles santé pourraient également cesser de prendre en charge l'homéopathie. 

Une possible baisse des ventes

Controversée au sein du corps médical, l'homéopathie, qui consiste à administrer au patient des substances en quantité infinitésimale, diluées à l'extrême dans de l'eau (jusqu'à ne laisser parfois aucune molécule du principe actif), est très appréciée des Français : 72% "croient en ses bienfaits", selon un sondage Odoxa publié en janvier.

Alors vont-ils arrêter d'en consommer si le déremboursement est acté ? C'est ce que craint le laboratoire Boiron, leader mondial du secteur, qui prévoit en cas de déremboursement une baisse de 50% des ventes sur ses produits remboursables la première année, puis encore de 50% la deuxième.

Les Français pourraient se détourner de l'homéopathie à cause de son poids dans leurs dépenses, mais surtout parce que le remboursement par l'Assurance maladie est un gage de "crédibilité", selon Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF). Car ce déremboursement traduit un manque de confiance dans l'efficacité de l'homéopathie. 

Des laboratoires en difficulté

Un déremboursement serait un coup dur pour les trois grands laboratoires homéopathiques, les français Boiron (leader mondial) et Lehning et le suisse Weleda. Boiron réalise 59% de son chiffre d'affaires en France (en 2018) et, sur ce montant, 60% concernent des préparations homéopathiques remboursables, soit 215 millions d'euros. Mais dans les faits, ces produits ne sont pas tous présentés au remboursement par les patients. Les ventes annuelles de Boiron sur des produits réellement remboursés évoluent plutôt entre 150 et 160 millions d'euros, selon plusieurs analystes financiers sondés par l'AFP.

Les laboratoires brandissent aussi les conséquences sur l'emploi. Ils assurent qu'une telle décision menacerait 1 000 emplois chez Boiron en France (sur près de 2 500) et 300 chez Lehning et Weleda. Boiron "fait son marketing, c'est normal", tempère un analyste interrogé par l'AFP, lequel ne "croit pas" à un impact social aussi massif. "Il y aura des ajustements, mais ce sera progressif", estime-t-il.

Ce ne serait cependant pas la première fois que le remboursement de l'homéopathie diminuerait en France. Inscrits au remboursement depuis 1984, ces produits ont longtemps été remboursés à 65%, jusqu'à ce que le taux soit abaissé à 35% en 2003, puis 30% en 2011. "L'impact négatif du déremboursement de l'époque a été peu visible sur le marché dans les années qui ont immédiatement suivi. La croissance de l'activité de Boiron (…) a fortement ralenti, mais le groupe n'a pas subi de perte de chiffre d'affaires", explique Christophe Pouchoy, cogérant du fonds Trecento Santé, dans une interview à Challenges

En revanche, ces dernières années, le chiffre d'affaires de Boiron a subi un recul constant, face aux attaques contre l'efficacité de l'homéopathie qui se sont intensifiées en France. Depuis 2015, sa capitalisation boursière a fondu de 60%.

Vous êtes à nouveau en ligne