VIDEO. Furosémide Teva : "Fin d'alerte", selon le directeur de l'Agence du médicament

Francetv info

Dominique Maraninchi assure que la découverte de somnifère dans une boîte de diurétique était un "phénomène isolé".

Après des jours de controverse, d'enquête et d'interrogations, le doute entourant le furosémide Teva est écarté, selon le patron de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Interviewé jeudi 20 juin sur Europe 1, Dominique Maraninchi a annoncé la fin de l'alerte lancée le 7 juin après la découverte de somnifères dans une boîte de furosémide fabriqué par les laboratoires Teva. "Il faut rassurer les patients, il y a fin d'alerte, a déclaré le directeur de l'Agence du médicament. Maintenant, nous savons que ceux qui ont pris du furosémide de Teva n'étaient pas en danger, et qu'on a eu un phénomène isolé."

De nombreuses investigations ont été menées sur ce diurétique pour connaître l'origine de ce problème. Aucun comprimé de somnifère n'a été décelé dans près de 3 000 boîtes examinées après l'alerte lancée le 7 juin. 70 000 boîtes ont été récupérées pour être échangées, selon Teva France. L'inspection de l'ANSM à l'usine de conditionnement de Sens (Yonne) de Teva n'a identifié aucun défaut majeur. Plusieurs procédures judiciaires ont été ouvertes à la suite de décès de patients prenant ce diurétique, sans qu'un lien de causalité ait été établi à ce stade.

Vous êtes à nouveau en ligne