L'enquête préliminaire sur le Furosémide classée sans suite

L\'Agence du médicament avait annoncé le 20 juin la \"fin de l\'alerte\" après le retrait de toutes les boîtes de Furosémide.
L'Agence du médicament avait annoncé le 20 juin la "fin de l'alerte" après le retrait de toutes les boîtes de Furosémide. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Aucune trace de somnifère n'a été trouvée dans le diurétique mis en cause à Saint-Malo.

Aucune trace de somnifère Zopiclone n'a été trouvée dans le diurétique Furosémide à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Selon une source judiciaire de l'AFP, le parquet de Paris a classé sans suite, vendredi 28 juin, l'enquête préliminaire sur ce médicament du laboratoire Teva, en "l'absence d'infraction". Les enquêtes initiées par les parquets régionaux n'en ont pas détecté ailleurs en France.

L'Agence du médicament avait annoncé le 20 juin la "fin de l'alerte" après le retrait de toutes les boîtes. Plusieurs enquêtes préliminaires avaient été ouvertes après la mort de plusieurs personnes âgées sous Furosémide, pour déterminer si ces décès pouvaient être liés à la prise de médicaments.

Le parquet de Paris avait ensuite ouvert une enquête pour "tromperie aggravée" et "homicides et blessures involontaires". Tout était parti du témoignage d'un pharmacien de Saint-Malo, qui disait avoir trouvé un somnifère Zopiclone dans une boite de Furosémide.

Vous êtes à nouveau en ligne