Furosémide Teva : l'enquête ne détecte aucun dysfonctionnement

Une boîte du furosémide 40 mg produite par le laboratoire pharmaceutique Teva. 
Une boîte du furosémide 40 mg produite par le laboratoire pharmaceutique Teva.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

L'Agence du médicament voulait comprendre comment des somnifères se sont retrouvés dans des boîtes de diurétique. 

L'Agence du médicament (ANSM) voulait comprendre comment des somnifères se sont retrouvés dans des boîtes de diurétique. Débutée lundi, l'inspection conduite par quatre membres de l'ANSM à l'usine du laboratoire Teva à Sens (Yonne) a pris fin, mardi 11 juin, sans qu'aucun dysfonctionnement ne soit détecté. "Les quatre inspecteurs n'ont pas identifié de défaut ni dans l'organisation, ni dans les pratiques, ni dans l'équipement de l'usine de conditionnement de Sens", selon l'agence sanitaire, qui note que "l'enquête se poursuit par ailleurs avec les autorités judiciaires".

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête, samedi 8 juin, sur la mort d’un homme de 91 ans. Ce patient a consommé pendant plusieurs jours un somnifère de Teva qui était conditionné dans une boîte de diurétique de la même marque. "Quelques dizaines de boîtes ont potentiellement eu ce problème de conditionnement", avait expliqué lundi un porte-parole du laboratoire Teva.

Vous êtes à nouveau en ligne